Carla (2014):

Chez ma grand-tante, dans un petit village alpin, il pleuvait et je restais assise au bord de la fenêtre, regardant l’eau du ciel tomber . Quand je vis ma grand-tante sortir les albums de photographies de son ancienne vie . Elle me raconta l’histoire de mon grand-père, disparu depuis 30 ans déjà. Et elle passa assez vite sur cette disparition en demeurant vague: « Il a disparu en mer pendant une mission de la Marine et nos parents  reçurent sa décoration posthume, comme c’est l’usage dans ces cas-là. » Et pesa sur nous une peine indéfinissable, qu’elle éloigna en changeant de sujet.
Le soir, je voulus vérifier quelque détail qui m’intriguait, alors quand tout le monde dormait, j’allai reprendre l’album.

Sans l’avoir prémédité, je vis une photo qui était cachée entre les pages : c’était lui, mon grand-père mais… qui était l’homme à ses côtés ? La date était celle de sa disparition.

De nombreuses questions surgirent et s’installèrent dans mon esprit. Durant toute la nuit, mes paupières tellement lourdes ne voulurent pas se fermer et je me répétais sans cesse : qui est cet homme ? Pourquoi cette date ?

Tout à coup, ce fut le matin.
Je sortis de mon lit et dehors il faisait beau. Une dame arriva, elle était belle et jeune. Tout m’apparut changé sans que je puisse définir en quoi. On aurait dit que tout avait rajeuni. Je perçu que le cliché était là,  dans ma poche et je le regardai. L’image était toute blanche, comme effacée et j’en fus attristée. Ensuite j’entendis une douce voix, une voix attendrie me demander : « Que fais-tu là jeune fille ? Tu es perdue ? » Je restai là, paralysée devant ma tante qui avait visiblement 30 ans de moins, détail qui me bouleversa au point que je partis en courant me réfugier loin d’elle, puisque je ne pouvais lui dire que j’étais sa nièce et que j’étais revenue mystérieusement dans le passé!
Non, il fallait que je trouve une solution à ce problème.Tous mes points de repère avaient disparu, tout s’était modifié autour de moi. Tout à coup je me cognai contre un homme, jeune et aimable, qui s’excusa et engagea la conversation. Je discutai un moment avec lui et, en réponse aux questions que je lui  posai sur ma famille, il m’ affirma en riant qu’il « les connaissait très bien ! » A l’instant de son départ seulement, je compris qu’il s’agissait du grand frère de ma mère, le neveu de ma grand-tante, l’enfant qui était soi-disant mort à la naissance! Mais moi, j’avais finalement toujours su qu’en fait, il avait disparu et que sa disparition constituait un secret familial, une circonstance tue qui se cachait là-dessous… mais laquelle ?
Le lendemain, je partis à la rencontre de mon papy, parce qu’il devait être vivant dans cette époque où je me retrouvai malgré moi. Je voulais savoir le fin mot de l’affaire. Quand mon aïeul fut soudain là, devant moi,  j’hésitai une seconde, par peur d’une vérité déplaisante. Je pris pourtant mon courage à deux mains et l’abordai.
Bien sûr, il ne me reconnut pas du fait du paradoxe temporel…

L’autre, le jeune homme avec qui j’avais parlé, arriva auprès de lui à cet instant. Je vis bien son visage et son costume marin… Impossible! Ce ne pouvait pas être l’explication! Pourtant… Je me réveillai dans mon lit, chez ma grand-tante, il était 9 heures du matin, il pleuvait toujours.

Me revoici dans le présent me dis-je. Avais-je rêvé ? Il me fallait savoir et je fonçai trouver ma grand-tante. Mais en arrivant dans le salon, je trouvai une scène qui me fut incompréhensible sur l’instant : un pompier tentait de ranimer ma Tante affalée sur le canapé. Et l’homme de la photo était là, bouleversé à ses côtés. Sa ressemblance avec mon grand-père disparu, son père, me fut évidente. Le poids immense du malheur quitta notre maison quand  ma tante reprit son souffle et… étreignit la main de son neveu en pleurs: « Tu sais bien que tu n’y étais  pour rien. Tu nous as manqué, tu sais. »

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans En 4ème, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Carla (2014):

  1. En ce qui concerne le marin… il existe des « marins-pompiers »… mais si cette idée te gêne, je vais parler de « sauveteur en mer » la première fois. .. à suivre!

  2. Carla dit :

    Bonjour, Madame,
    C’est Carla.
    L’arrangement que vous avez fait à ma rédaction m’a beaucoup plu, mis à par la fin, que je trouvais un peu étrange au départ mais qui, finalement, n’est pas si mal.
    Je n’y trouve pas de faute, mais concernant la logique: si le neveu est marin, pourquoi se retrouve-t-il pompier ?
    Il aurait fallu un mystère plus grand, une véritable énigme ! J’ai lu beaucoup de rédactions qui m’ont, toutes, énormément plu mais ma préférée reste celle d’Océane, non pas parce que c’est mon amie mais parce que, lorsque je la lis, je me croirais dans la forêt, dans son histoire.
    Alors merci pour toutes ces merveilles car je me suis vraiment régalée!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s