Maëlle (2014):

L’été dernier, ma famille et moi faisions une balade à cheval et parlions de ma grand-mère, Valentine, que je n’ai jamais connue car elle décéda quand mon père eut neuf ans.
En songeant à cette circonstance, j’avais oublié le groupe et je réalisai soudain que j’étais seule. Alors ma vue se brouilla, je sentis une immense chaleur m’envahir, mes mains moites serrèrent violemment les rênes du cheval ce qui le fit se cabrer. A cet instant précis, la peur me submergea…. je fermai les yeux...

Je les rouvris pour découvrir dans le même paysage, un groupe de personnes inconnues. Je compris alors qu’il s’agissait de ma famille… 34 ans auparavant!!! Je reconnus mon père qui avait alors neuf ans, mon grand père ainsi que ma grand mère âgés de 40 ans. Me présentant comme une promeneuse perdue, je leur demandai mon chemin que je connaissais parfaitement. Comme il était bien tard et qu’à l’évidence je m’étais perdue, à une époque où une jeune fille ne se promenait pas seule ainsi, ils m’offrirent l’hospitalité, le temps de contacter d’une façon ou d’une autre ma famille. Réalisant que j’avais peut-être là l’occasion de sauver Valentine, j’osai révéler ma véritable identité à mon père qu’il me fut facile de convaincre puis au sien qui, à ma grande surprise,  malgré quelques doutes inévitables, fit preuve d’une grande ouverture d’esprit en acceptant de m’écouter donner des preuves de mes allégations. Je racontai la manière dont Valentine devait mourir dans le futur et, par chance, le caractère fantasque de mon aïeule était tellement connu, que l’on ne douta pas un instant qu’elle fût capable de décéder en ne 
mettant pas la bombe pour protéger sa tête lors d’une promenade à cheval, à cause de la chaleur du soleil. ( Cette insouciance avait été fatale à Valentine qui était tombée de cheval et s’était heurté la tête contre une pierre et avait subi un traumatisme crânien mortel.) Mon grand-père promit de veiller à sa sécurité pour ne pas la perdre. Certes je me rendais compte  du fait que, sans la mort de ma grand mère,  je pouvais  ne plus exister puisque je changeais ainsi le cours de notre histoire familiale mais j’avais été trop émue par son sort et ne réfléchis pas plus.. Ce fut en remontant à cheval, que je me retrouvai de nouveau au milieu de ma famille, qui rentrait au pas à la ferme. Dire que je fus soulagée de constater que tout le monde était là est un faible mot.
En descendant de ma monture, je me trouvai près de mon père à qui je demandai pleine d’espoir:
« – Quel âge avait Mamy Valentine, quand elle est décédée? Je ne m’en souviens plus.
– Oh, 68 ans, je crois. Tu n’auras qu’à demander à Tonton Charly, quand il reviendra des J.O. avec sa médaille;  il retient mieux les détails que moi! »
Ma mâchoire faillit s’en décrocher! Voilà maintenant que j’avais un oncle dont je ne savais rien… Mais lui, au moins, avait gardé sa bombe sur la tête!

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans En 4ème, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s