Tania (2014):

Ce soir-là j’étais dans ma chambre, une vieille photo de famille à la main. Je cherchais des idées pour une rédaction. Il faisait sombre dans ma chambre et régnait un silence total .
J’étais en pleine contemplation des détails de l’image et tout particulièrement de la robe de Sarah, quand je me rendis compte qu’il faisait plus jour qu’auparavant.

En relevant la tête, je remarquai que j’étais dans la cour d’une vieille maison, en plein milieu d’une journée printanière. En observant les lieux, j’aperçus une famille, avec beaucoup d’enfants . Ce groupe m’était vaguement connu mais je ne savais pas pourquoi. Je restais là sans rien faire. Je n’osais bouger , quand une petite fille me remarqua et s’approcha de moi . Elle me regarda sans mot dire et c’est alors que je me rendis compte qu’elle était la petite fille de la vieille photographie longtemps observée . Il s’a
gissait donc de
Sarah la tante de ma grand-mère ! Au bout de plusieurs minutes l’une des femmes vint me voir et me parla. Elle croyait que j’étais une amie de sa fille. Elle m’invita à goûter avec les enfants. Je ne pus dire non donc je la suivis sans rien dire. A table je ne comprenais pas tout ce qu’ils disaient car ils avaient un accent italien; j’avais oublié qu’ils étaient italiens immigrés J’étais un peu perdue auprès de toutes ces personnes.
Après avoir mangé, elle me proposa de figurer sur la photographie de groupe de la famille. J’en fus étonnée mais je me souvins qu’à cette époque-là, on ne se photographiait que très rarement et c’était donc un honneur que l’on me faisait.  On me plaça même au milieu, quoiqu’au dernier rang et il me semble que je glissai au mauvais moment. On me promit de m’envoyer un tirage, pourvu que j’indiquasse mon adresse sur le morceau de papier que l’on me tendit. J’étais bien embarrassée et j’allais écrire un mot que j’ignorais encore quand…
Au loin, j’entendis la voix de ma mère qui m’appelait. Je repris mes esprits pour me rendre compte que j’étais dans ma chambre, avec la fameuse photographie dans la main.. où l’on voyait le haut d’un crâne de fille que jamais ma mère ne voulut reconnaître pour mien!

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans En 4ème, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Tania (2014):

  1. Tania dit :

    Bonjour madame,
    J’ai apprécié la fin de l’histoire qui me parait plus originale.

    Tania

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s