Les textes d’Antony (2013):

B. Le résumé de La cafetièrede Gautier:

.            Théodore séjourne avec des amis en Normandie. Dans la chambre où il se coucha,  il observait la tapisserie  ainsi que les personnages, éclairés par le feu de la cheminée,  quand les personnages prirent vie et se mirent à   boire le  café. L’horloge sonna minuit, l’assemblée se mit à danser sur un rythme accéléré. Théodore remarqua une très belle jeune femme, Angéla… et ils dansèrent.
.           L’aube arriva et Angéla s’effondra et elle fut remplacée par des morceaux de la cafetière brisée .
.           Il s’évanouit puis  il fut réveillé par ses amis et apprit qu’Angéla était la sœur de l’hôte, décédée deux ans plus tôt, lors d’un bal.

C) Changement de point de vue:
«.          J’étais dans la tapisserie quand tout à coup un invité entra et donc mes compagnons et moi dûmes nous en extraire pour discuter en buvant un café.
.          Les douze coups de minuit sonnèrent et nous fûmes obligés de nous lever et de danser en rythme alors que la cadence ne cessait de s’accélérer. Ensuite je vis Angéla valser avec ce pauvre visiteur inconnu. Ils dansèrent si bien que mes compagnons et moi nous assîmes pour les regarder et les applaudir.
.          Mais l’aube fut signalée par le chant de l’alouette et notre  devoir fut de récupérer notre place éternelle dans la tapisserie. »

D) les sens abstraits de « froid »:

Anthonyillustration

.          Nous avions décidé, mes amis et moi, de visiter la grotte du chemin romain. Nous entrâmes dans la grotte avec les lampes torches. La noirceur de la grotte faisait froid dans le dos mais, à Robin, cette obscurité ne fit ni chaud ni froid et il avançait vaillamment.
.          A un moment donné, la grotte se séparait en deux chemins. Nous n’arrivâmes pas à nous mettre d’accord sur la voie à emprunter, (la gauche ou la droite?)… Ce conflit nous mit en froid  les uns avec les autres. David et moi empruntâmes le chemin de droite et Andréas et Robin celui de gauche. Au bout d’un moment nous nous perdîmes de vue. N’ayant pas froid aux yeux d’ordinaire, j’avançais toujours lorsque David se mit à pleurer de peur mais  je restai froid devant ses pleurs car il fallait avancer pour se sortir de là… ce que nous finîmes par faire.
.          Depuis lors, d’après David,  cet événement a jeté un froid dans notre amitié.

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans En 4ème, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s