Les textes d’Aurélie (2013):

B. Le résumé de La cafetière de Gautier:
.       Théodore fut invité quelques jours en Normandie avec deux amis chez un hôte généreux.
.      Après le dîner, il alla se coucher mais dans la chambre, soudain, les personnages de la tapisserie s’animèrent  puis valsèrent au rythme de la musique puis il remarqua une  cafetière animée, dont il tomba amoureux: Angéla.
.      Mais elle repartit dans le néant.

D) les sens abstraits de « froid »:

Auréliedessin

.       Hier mon beau-père me parlait des voitures, de la sienne puis de celle de ma mère qui avait le même problème. Il me demanda si je voulais bien l’aider à changer les pièces défectueuses des voitures. J’acceptai et il fut tout content.   .     Je partageai mon temps  entre les deux voitures et je commençai le travail. Alors mon beau-père m’expliqua ce qu’il fallait faire et en me montrant ce dont il parlait,  il se cogna la tête. Il en eut les larmes aux yeux mais à moi, sur le coup, trop concentrée sur les réparations, cela ne me fit ni chaud ni froid..        Lorsque je me rendis  enfin compte de sa blessure je ne pus rester froide devant ce fait  et, en m’excusant, demandai ce que je pouvais faire mais il me dit de ne pas m’inquiéter car ce n’était rien, après réflexion…
.       Néanmoins, je continuai de réparer la voiture de ma mère. Je me dis que, franchement, refaire des voitures tous les jours, au moins, ça allait  me plaire… Et quand il réalisa combien j’étais passionnée, il me donna l’autorisation de retaper entièrement un véhicule qu’il me montra. .        « Mais à une seule condition! » ajouta-t-il « Je veux t’aider. » mais je refusai tout net.
.         Fâché,  il me rappela qu’il fallait toujours un adulte car de telles activités pouvaient être dangereuses si je m’en occupais toute seule. Ces  paroles jetèrent tout d’abord un froid dans la cour car je vis quel inconvénient cela représentait pour moi. Je répondis  que je n’avais pas peur du danger  et que ce n’était pas si difficile que cela, tout de même…
.        Il répliqua , agacé,  que ce n’était  pas aussi simple que je le prétendais  et qu’il avait froid dans le dos  rien qu’en pensant à tous les accidents qui pouvaient m’arriver! …  Sans plus l’écouter, car je n’ai parfois pas froid aux yeux et peux me montrer têtue face à n’importe qui…  je finis mon travail sur la voiture de ma mère puis me dirigeai vers la voiture que j’avais le droit de restaurer. Je fis une révision complète de l’automobile ainsi qu’une liste de ce dont  j’avais besoin pour qu’elle démarre et  de ce que je pouvais changer…
.        Mais j’acceptai finalement son aide car j’avais bien compris qu’il avait raison… Si je me blessais ou s’il m’arrivait un accident quelconque, la présence d’un adulte deviendrait indispensable. .       On ne sait jamais ce que nous réserve l’avenir. A l’évidence, je ne devais  pas demeurer en froid éternellement avec celui qui me permettait si gentiment de concrétiser ainsi ma passion pour les automobiles.

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans En 4ème, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s