Les textes de Johanna (2013):

B. Le résumé de La cafetière de Gautier:

            Le narrateur, Théodore, raconte qu’il est invité chez un ami et que vu l’heure tardive, il va se coucher. Sur le point de s’endormir, il voit une cafetière et du mobilier se mettre à bouger:les personnages sortent de la tapisserie, boivent du café puis se mettent à danser à onze heures en essayant de garder le rythme endiablé que joue l’orchestre.
Théodore aperçoit une belle jeune fille et ils se mettent à virevolter malgré les avertissements d’une voix. Comme Angéla est fatiguée, ils se reposent sur le même fauteuil mais a l’aube elle lui dit adieu se lève et disparaît, Théodore voit la cafetière cassée à sa place et s’évanouit.
Le lendemain, ses amis le retrouvent couché au sol. Désorienté, il dessine la cafetière, dont les lignes évoquent le profil d’Angéla. Son ami y reconnaît le visage de sa sœur, décédée deux ans plus tôt.

D) les sens abstraits de « froid »:

Johannaillustration

           Léo était un boxeur professionnel. La date de son combat pour la finale approchait à grand pas et il était en froid avec son coach. Tout cela parce que Léo n’avait pas froid aux yeux et n’hésitait pas à se battre contre une dizaine de personnes dans les boîtes de nuit  qu’il fréquentait. Las des frasques de son protégé, son coach la laissa tomber.
La veille de son combat, Léo fit un cauchemar, il perdait la finale. Cette idée lui fit froid dans le dos. Il appela son coach au milieu de la nuit. Néanmoins, ses phrases maladroites jetèrent un froid dans la conversation, il insista et… finalement son coach céda et lui promit d’être là.
Le lendemain, l’idée de perdre ne lui fit ni froid ni chaud, il savait que rien ne l’arrêterait. Au dernier round, lorsque la cloche retentit, Léo resta froid devant les larmes de son adversaire, il ne les remarqua pas; il était champion du monde.

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans En 4ème, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.