Les textes de la sixième 6 (2011 élèves de Mme Laffond):

Danger sur la savane:
Au crépuscule d’une brûlante journée, un lion qui dormait dans la Savane fit un horrible cauchemar: un chasseur le traquait en voiture et voulait l’abattre! C’est encore sous le choc de ce mauvais rêve que  le lion se réveilla et se rendit, comme tous les soirs, au conseil des lions;  les lionnes, quant à elles, revinrent de la chasse bredouilles, de telle sorte que ce soir-là  il n’y eut rien à manger et que tout le monde alla se coucher le ventre vide.
Le lendemain, notre lion découvrit l’origine de tous leurs tracas: en traversant son territoire, il surprit une bande de chasseurs à l’affût! Il repartit sans faire de bruit, le plus discrètement possible, et décida d’aller parler au chef de la tribu, réputé pour être sage et pacifique avec les hommes: il devait  absolument réagir s’il voulait sauver sa tribu de la férocité humaine…

La foumilière : 
Il était une fois dans la forêt lointaine une fourmilière qui était énorme. Ellie, la maîtresse des fourmis, réunit tous les membres dans la salle de réunion car chaque soir, une meute de sangliers sauvages venait les manger et détruisait tout sur leur passage. Les fourmis ne pouvaient rien faire et se sentaient impuissantes face à ces bêtes féroces.
« Mes chers amis, nous ne pouvons plus continuer ainsi ! Trop de nos proches sont morts. Il faut agir et pour cela j’ai un plan ! » annonça Ellie. 

L’ogre :
Il était une fois un ogre gros et paresseux qui décida de ne plus être végétarien et qui se mit à croquer des petites filles rousses. Vous vous demandez peut-être pourquoi elles et pas les autres ? D’où lui était venue cette terrible envie? Depuis qu’il avait lu une histoire sur celles-ci dans son livre de contes préféré, il ne voulait manger qu’elles car ses ancêtres les trouvaient merveilleusement sucrées! Toujours en fuite, il habitait depuis peu une vieille maison abandonnée, à proximité de l’école publique mais faisait en sorte que personne ne le remarquât car il ne sortait qu’à la nuit tombée…
Pour son malheur, une petite villageoise remarqua qu’on voyait moins de petites filles rousses ces temps derniers. Alors qu’elle retournait cette sombre  pensée dans la tête, la sonnerie de l’école retentit: cela lui fit penser que le journal du matin annonçait qu’une bête sauvage était recherchée par la police ! La jeune fille eut un frisson et se dit qu’il ne pouvait pas s’agir d’une coïncidence…
Elle décida donc d’agir… 

Arkana :
Il était une fois au 15ème siècle dans les montagnes enneigées, près de l’Himalaya, une cité nommée Arkana.  Ark la protégeait: c’était un globe recouvert de gravures inconnues, qui était en or. Les Arkaniens l’avaient trouvé dans une grotte près de chez eux.
Il pouvait exaucer un vœu et les Arkaniens avaient fait celui que leur cité devienne invisible. Cependant,  si quelqu’un s’approchait du globe et faisait un autre vœu, le précédent serait annulé. Les hommes voulaient prendre possession de la cité car elle était magnifique, mais ils voulaient aussi prendre les Arkaniens comme esclaves pour leur  force et leur  rapidité. En effet, les Arkaniens étaient des hommes-tigres: ils avaient de longs cheveux rouges, un corps assez mince mais musclé, une queue touffue de poils rouges. Les armes des Arkaniens étaient des lances. La majorité  n’en avaient pas car leurs armes principales étaient leurs griffes et leurs crocs. Ils savaient tous que leurs biens les plus précieux étaient Arkana et Ark, gardé par des hommes-tigres armés de lances. Il était placé au sommet d’une haute tour. Leur roi était le puissant Govin. Son meilleur guerrier était Grac, qui était le plus fort, le plus habile et le plus rapide de tous les Arkaniens.
Tout le monde à Arkana vivait paisiblement jusqu’au jour où un des habitant alla chasser hors de la cité. Deux hommes cachés regardaient l’homme-tigre chasser: leur objectif était de pénétrer dans la cité pour y voler le fameux globe.
Dès que l’Arkanien eut fini, il revint à la cité suivi des deux hommes… 

Un étrange libraire :
Il était une fois dans un petit village, un vieux libraire que tous les enfants  redoutaient, à cause d’une cicatrice qui traversait son visage et qui le défigurait. Il vendait des livres fantastiques, des ouvrages de sorcellerie et des vieux grimoires. Tous les enfants  avaient peur d’aller dans sa librairie.
Un jour, un petit garçon nommé Alexis qui venait d’arriver dans le village et qui aimait beaucoup lire se dit :
« Il faut absolument que je découvre cette librairie! »
Les autres garçons  du village lui conseillèrent de ne pas s’y rendre, car ceux qui y étaient entrés en étaient ressortis à moitié ensorcelés: en effet, ils avaient tous un regard vide et formulaient des mots incompréhensibles. Mais il ne fit pas attention aux paroles de ses camarades. Sur la porte de la librairie était écrit : «Sonnez et Entrez ». Il sonna et entra.
Un vieux monsieur  à la face cachée par  l’obscurité, s’approcha et lui dit :
« Cela fait longtemps que je n’ai pas eu de visite. Vous recherchez un livre en particulier ? » 

Coco Chanel déprime : 
Un beau jour dans Paris, toute la presse et les peoples attendaient devant un superbe immeuble. Je savais que cet immeuble appartenait à Coco Chanel qui  allait inaugurer le nouveau siège de ses créations. Il était sans doute le plus beau de Paris, avec ses vitres en verre noir fumé et son sigle Coco Chanel violet le surplombant.
J’étais en train de l’admirer quand je vis Madame Chanel elle-même en sortir : elle était superbe  dans son tailleur en soie! Ses apparitions étaient très rares et les médias la photographiaient sous tous les angles à chaque occasion: quel spectacle ! La voyant tellement entourée , personne n’imaginait sa solitude …En effet, le lendemain de ce merveilleux jour, la grande Madame Chanel ne trouva plus une seule idée pour finir sa collection automne-hiver. C’était un vrai désastre pour cette icône de la mode ! Elle se dit qu’elle y penserait plus tard, que ce n’était pas bien grave…Hélas, les jours suivants ne furent pas plus riches d’inspiration.
Se sentant seule et voulant partager sa peine , elle se rendit compte qu’elle n’avait plus d’amie:
«Je me suis trop investie dans mon travail et maintenant je n’ai qu’une aiguille et du fil pour me tenir compagnie!»

Princesse Amélie :
Il était une fois une jeune princesse qui se prénommait Amélie. Elle était d’une beauté angélique: son visage délicat était d’un rose tendre, ses cheveux longs étaient magnifiques et ses yeux étaient noirs comme la nuit. Elle avait 17 ans et était  l’aînée d’une petite sœur  qui s’appelait Cindy et qui avait 12 ans. Toute la famille habitait  Hiro dans le royaume de Magix. Amélie avait une immense garde-robe: elle voulait tout ce qu’elle voyait dans les magazines de mode, dans les boutiques de chaussures branchées et de vêtements  luxueux. Elle aurait aimé que ses parent se montrent  plus attentionnés envers elle car elle s’était persuadée qu’ils  n’avaient  d’affection que pour sa sœur. En effet, elle ne se remettait jamais en question elle- même; pourtant, elle se montrait méchante, prétentieuse et peu serviable ; elle commandait tout le monde et n’était pas prêteuse.
Le jour de son dixième anniversaire, sa sœur Cindy lui avait demandé de lui prêter un bijou, mais Amélie avait refusé tout net. Les années passaient mais Amélie ne changeait rien à son comportement: elle demeurait la même, alors que sa petite soeur Cindy était adorable.
Les deux jeunes filles grandirent ainsi  jusqu’au jour où  Amélie, juste après s’être réveillée, et comme de coutume, alla vers son  miroir pour s’y admirer: horreur !!!!  Un drame était arrivé!

Gurvan et le mystère de la forêt de Telhouët :
Il était une fois, à Telhouët, tout près de la forêt de Brocéliande, un petit garçon de huit ans qui se nommait Gurvan et qui adorait les histoires paranormales, étranges et mystérieuses. Il en avait même sa bibliothèque remplie!
Un jour où son père avait laissé traîner le journal, son regard fut attiré par un article qui parlait de mystérieuses disparitions d’enfants ayant eu lieu ces dernières semaines. C’était très étrange car à chaque fois ils disparaissaient alors qu’ils se rendaient dans la forêt. Gurvan décida de mener son enquête. Le lendemain, il partit en cachette dans la forêt chercher des indices. Il était quand même un peu inquiet car il se rappelait ses livres et se disait qu’un dangereux criminel rôdait peut-être dans l’obscure forêt. Il y pénétra donc prudemment et aperçut un grand chêne à l’écorce noire.  Sur celle-ci, apparaissait un message aux lettres rouge écarlate qui disait:
«Que Ceux qui me lisent Meurent!»
« Quelle horreur! »se dit-il.
Cependant, sa curiosité était encore plus forte que sa peur et l’entraînait irrésistiblement vers le coeur du mystère…

Petit Flocon :
Il était une fois un petit orphelin qui habitait sur une montagne enneigée. Comme il était aussi blanc que la neige, on le surnommait «Petit Flocon ». L’enfant avait de beaux cheveux blonds et des yeux azur scintillants. Il était d’une nature curieuse et plutôt vive mais passait la majorité de son temps près de la cheminée, à observer la neige tomber à travers la grande fenêtre du salon. Il vivait une vie fort ennuyeuse et monotone, et se sentait seul.
Un jour il pensa tout au fond de lui:
« Observer la neige, ce n’est guère passionnant ».
Il décida donc de descendre de sa montagne pour vivre de vraies aventures, découvrir de nouveaux amis et peut-être…

La télé de Clothilde : 
C’est l’histoire de Clothilde, une jolie new-yorkaise de 14 ans, qui avait une bien fâcheuse manie : en effet, elle passait tout son temps collée devant le téléviseur!
Un jour, alors qu’elle regardait un film, elle s’endormit sur son canapé. Lorsqu’elle se réveilla, elle ne s’y trouvait plus: elle était  projetée à l’intérieur de la télé! Quel horrible cauchemar! Comment allait-elle en sortir et surtout, comment y  était-elle entrée ?
Elle se pinça deux ou trois fois pour être bien sûre de ne pas rêver. Quand elle comprit que c’était bien réel, elle se mit à paniquer…C’est alors qu’apparut devant elle un bonhomme en pain d’épice très élégant, vêtu d’un costume noir, qui lui demanda:
« Bonjour jolie demoiselle! Qui es-tu ? Et que fais-tu là?
– Bonjour, je m’appelle  Clothilde et j’ignore pourquoi je me trouve ici. J’étais en train de regarder la télé et je me suis assoupie…à mon réveil, j’étais ici!
– Ah bon!! Je me présente, je m’appelle Marius; je crois savoir ce que tu fais ici: chaque siècle, une jeune fille qui a le même âge et le même prénom que toi,vient nous rendre visite. Nous sommes au 21ème siècle et  c’est toi qui as été choisie… Tu vas devoir remplir une mission  aussi périlleuse que vitale pour nous…»

Comme deux gouttes d’eau :
Il était une fois une jeune fille de 13 ans qui s’appelait Mathilde. Mathilde avait un problème: en effet, elle n’arrivait pas à grandir et était beaucoup trop petite pour son âge. Alors, toutes les semaines elle devait se faire une piqure, et ça c’était vraiment énervant, car les élèves du collège se moquaient d’elle, et elle n’arrivait pas à les faire taire. Pas si loin d’elle, vivait une fille qui aurait bien aimé être à sa place. Cette fille était orpheline et s’appelait Océane. Je vous rassure, on est bien dans la même histoire, mais en revanche, dans une autre vie: à 13 ans, elle se sentait seule car elle habitait dans la rue. Elle aussi avait un problème de croissance mais pas le même que Mathilde: elle ne grandissait plus. Pour son plus grand malheur, elle n’avait pas de quoi se payer des médicaments.
Un jour,une jeune fille qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau passa dans la rue et la renversa, comme si elle n’avait pas remarqué sa présence. Océane, indignée, se mit soudain à crier:
« Eh,toi là,oui, toi! Tu pourrais faire attention!!!
Mathilde se retourna et vit la jeune fille qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau. Elle lui dit:
– Pardon? Vous m’avez dit quelque chose ? »

L’autre monde de Djack : 
Un jeune enfant du nom de Djack, se posait souvent une ribambelle de questions presque irréalistes : c’était son passe-temps favori ! Djack vivait dans une grande et belle maison. Il avait une grande soif de savoir, et inventait toutes sortes de choses. Il avait aussi un grand sens de l’humour et beaucoup de goût pour les clowneries.
Voilà qu’un jour, il se posa cette question :«Existe-t-il un autre monde que le nôtre ? ».
Djack n’était pas du genre à ne pas trouver de solutions à ses problèmes : il creusa des trous dans son jardin, ouvrit toutes les trappes d’égouts qu’il trouva dans la ville, chercha tout ce qui pourrait peut-être lui frayer un chemin dans un autre monde.
Hélas, des jours, des semaines et des mois s’écoulèrent, sans aucune trace d’un autre monde.
Djack, désespéré et à bout de force, arriva devant la toute dernière trappe d’égout.  A ce moment-là, il se dit que s’il ne se passait rien, il cesserait cette recherche d’un autre monde tant rêvé.
Il ouvrit donc la trappe, la peur au ventre de ne rien trouver d’extraordinaire…

Prince Izac de Basilac :
Il y a  fort fort longtemps, vivait au royaume de Basilac un jeune prince nommé Izak,qui devait épouser  la belle princesse Lilas.
Enfin arriva le jour où l’on devait unir ces deux êtres qui s’aimaient tant. Hélas, au moment de formuler leurs vœux d’engagement mutuel, la sorcière Abigaël apparut, déguisée en la mère de la jeune mariée qu’elle avait pris soin de cacher dans un placard.
Elle annonça : « Toutes les jeunes filles de notre famille doivent boire une fiole remplie d’un liquide magique qui leur apportera félicité et prospérité. »
Lilas le but sans se méfier et tomba inerte aux pieds de son bien-aimé. La sorcière s’enfuit en ricanant, lui souhaitant tous les malheurs du monde. Heureusement, la marraine présente au mariage, annonça au prince qu’il existait un antidote qui pourrait sauver la princesse.
Le prince Izak savait qu’il lui restait peu de temps s’il voulait sauver la princesse Lilas. Le seul moyen était de trouver le coffre qui contenait la fameuse fiole d’antidote…

Hip hop story :  
Manéo était un jeune garçon  âgé de six ans qui vouait une véritable passion pour le  Hip-Hop. Il était très impressionnant à voir: on aurait dit qu’il était né en dansant!
C’était un bel enfant de taille moyenne, doué et surtout très intelligent. Par un bel après-midi, il décida de se rendre dans le centre-ville; il y vit une affiche sur laquelle figurait qu’un concours de danse était organisé la semaine suivante. Il décida alors d’y participer et se rendit immédiatement à la mairie afin de s’inscrire. Chose faite, il commença un entraînement acharné : il consacrait chacun de ses moments de liberté à danser dans le grenier de sa maison, ne ménageant pas ses efforts.
Malheureusement, un soir, à la fin d’une séance d’exercices, alors qu’il répétait son saut final, il glissa sur le sol en se réceptionnant et se blessa au genou…C’était une véritable catastrophe pour notre petit danseur.

Un travail pour Emilie :

Il était une fois à notre époque une jeune fille qui se nommait Émilie: elle avait dix-huit ans, et était l’aînée de six frères et sœurs. Elle était grande de taille, avait de beaux yeux bleus, un joli nez et une magnifique bouche. En fait, chez elle, tout était joli. Ses parents étaient très gentils avec elle mais ils en avaient assez car elle avait un gros défaut: elle était terriblement fainéante. Émilie habitait non loin de la ville où ses parents travaillaient dur pour subvenir tant bien que mal aux besoins de toute la famille. Un jour qu’elle regardait encore la télé, complètement avachie sur son canapé, son père la secoua ainsi:
«Allez, debout! Tu ne comptes pas rester ici toute ta vie! Va en ville te trouver un travail! Nous nous sommes montrés assez patients avec toi!»
Blessée de voir son père dans une telle colère (lui qui jusqu’alors s’était toujours montré fort gentil et compréhensif avec elle), Émilie l’écouta: elle prépara ses affaires, se fit la plus jolie possible et s’habilla du mieux qu’elle le pouvait afin de faire bonne impression à la personne qui voudrait bien l’employer.
Alors qu’elle marchait d’un bon pas, l’air décidé comme jamais, sur le chemin qui la conduisait à la ville elle fit une bien étrange rencontre…

La Clef de la paix :

          Au temps des dragons et des fées, le monde était divisé en plusieurs clans : celui des elfes, des démons, des chevaliers, des nains et des fées. A cette époque sévissait dans toutes les contrées une guerre infernale: en effet, les clans se livraient des batailles pour tout et pour rien, sous n’importe quel prétexte. Il fallait absolument les réunir pour établir la concorde.
          La seule façon d’y parvenir était de lancer la clef de la paix dans la bouche du volcan Nacrov qui reliait les dimensions existantes. Hélas, cette mission était fort périlleuse car la clef était gardée par le clan terrifiant des dragons noirs. Seul un sage du clan des Chevaliers d’Argent avait l’intention de risquer sa vie pour sauver la terre dévastée…

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article a été publié dans En 6ème. Ajoutez ce permalien à vos favoris.