Voici les 10 fins rédigées par les CM2 de M. Irondelle (2011):

          Allez lire les débuts ici, puis découvrez la fin proposée:

BASTPACK ALLEZ L’OM
    La maîtresse demande qui a fait ce bruit. Randy leva le  doigt, la maîtresse l’interrogea.  Randy répondit :
    – C’est la trousse !
    – Je ne te crois pas ! Les trousses ne sont pas vivantes !!! Alors, va  au coin parce que tu as mentis.
    Randy regarda sa trousse méchamment et alla au coin.
    Randy demanda :
    – Oui mais avant cela, je pourrais ranger mes stylos dans  ma trousse et la mettre sur votre bureau ?
    – Oui ! Si ça te fait plaisir…
    Randy rangea ses stylos dans sa trousse, puis il alla la poser sur le bureau de la maîtresse.
    La trousse fit du bruit, alors la maîtresse remarqua que la trousse était vivante…

GENERAL PEN
    Le camion de poubelle passa et emporta le stylo. Ce stylo fut si triste car ses dernières heures approchaient, mais il ne le voulait pas.
    Juste avant d’arriver à la décharge, il tomba du camion de poubelles. Il passa sous une voiture…
    Une jeune fille le ramassa.
    Elle le rentra chez elle pour le réparer. Elle mit du scotch sur le stylo pour le consolider et remit un autre capuchon pris sur un vieux stylo..
    Puis, elle le décora avec des dessins d’animaux avant de le ranger dans sa trousse d’école.
    Le lendemain matin, elle partit à l’école.  Lorsqu’elle essaya d’écrire, il n’y avait plus d’encre, alors elle en rajouta.

LES SONS D’ELEA
    La  voisine ne savait pas que Kamakawiwo était amoureux d’elle.
    Kamakawiwo était triste  parce que la voisine était avec la B.O. ciné du mois.
    Donc Kamakawiwo était rentré dans son dossier pour se reposer. Après s’être reposé pour aller jouer avec d’autres sons, il alla au menu principal pour prendre des nouvelles. Il rentra dans son dossier pour les lire.
    MASSACRE !!!!!!
    La voisine avait disparu. Kamakawiwo la chercha pendant des heures et des heures.

LA PIECETTE
    Papy utilisa la piécette et elle repartit en voyage.
    Elle alla dans une collection de piécettes où elle demanda à sa voisine :
    « – On va être utilisées ?  »
    L’autre répondit :
    « Non, c’est une collection … malheureusement !  »
    Au bout d’un moment, le collectionneur en eut marre de sa collection. Alors il acheta des bonbons pour se débarrasser des piécettes.  Mais il n’aimait pas les bonbons. Il les donna donc à ses petits enfants.
    Pendant ce temps la piécette voyagea de porte-monnaie en porte-monnaie.  Un jour, elle tomba   devant un clochard. Il acheta tout de suite de la nourriture.
    Alors le voyage continua.

HISTOIRE DE FAMILLE
    Mais la semaine suivante maman revint à la maison avec des chiens de traîneau. EN PLEIN ETE  !!!
    Alors mon père recommença à danser Michael Jackson.
    Mon frère se prenait maintenant pour Indiana Jones.
    Ma tante voyait la fin du monde pour demain.
    En bref tout avait empiré.
    Lorsque maman cria :
    « – STOP  !!! Je vous emmène tous voir un psychologue ! »
    Elle les prit par la main (ce qui était assez dur, vu que mon frère sautait partout, que mon père  ne faisait que chanter et que ma Tante refusait de laisser sa boule de cristal).
    Elle les emmena donc chez le Psy, un certain Alain Térieur. C’était le fils d’Alex Térieur, un psychologue très réputé.
    Alain Térieur leur posa des questions…. Il en conclut qu’ils s’ennuyaient.
    Maman nous emmena donc au cinéma voir Indiana Jones.
    Mais au début du film mon frère recommença sa folie, mon père se mit à chanter Justin Bieber, ma tante prévoyait que Alain Térieur deviendrait L’empereur de la Papouasie. Pour nous, la séance s’arrêta là.
    Le lendemain était le jour de mon anniversaire. Je savais déjà ce que j’allais avoir, comme tous les ans:
    -Un truc peut-être normal (et encore !…) de la part de ma mère.
    – Quelque chose en rapport avec Michael Jackson (ou peut-être Justin Bieber, cette année.)
    – Un boule de Cristal, ou un jeu de tarot, ou une tasse avec du café, enfin, tous les trucs de divination, quoi!
    – Et une figurine de Tarzan (Ou bien un costume,comme à Noël dernier)
    Au lieu de tous ces cadeaux, je ne souhaitait qu’une chose : avoir une famille NORMALE.

Iris et cristal
    Quand fut  venu le moment où  Lisa s’assit sur la chaise de l’ophtalmo, Iris et Cristal paniquèrent.
    Ils voyaient une lumière jaune qui les éblouissait. Ce fut encore une fois la panique  : Iris voyait un éléphant rose, tandis que Cristal voyait un kangourou vert qui sautait dans tout les sens en faisant de la boxe.
    L’ophtalmo commença à les examiner, puis s’arrêta, prit un air bizarre, et recommença à les examiner.
    Iris et Cristal croyaient que c’était la fin de leur longue vue heureuse sans l’engin appelée « lunettes ».
    A la fin de la consultation l’ophtalmo toussota et annonça le résultat suivant :
    – Ma chère demoiselle, je suis navré de vous annoncer qu’il vous faut des lunettes …
     Trois secondes de choc.
     – Ma pauvre Iris, commença Cristal.
    – Ma pauvre Cristal, continua Iris !
    Trois semaines plus tard Lisa avait des lunettes.

AU MAGIC CINE
    – Que s’est-il passé ? demande Pétrus
    – Je n’en sais rien, répond Roger.
    – On a dû rêver, dit Pétrus à son ami.
    – Mais non, répond Roger, on a bien acheté de la boisson. Et en plus on est au cinéma !
    – Mais tu es une bulle ! AH ! AH ! AH ! se moque Pétrus.
    – Oh ! tu ne t’es pas vu,  tête de poulpe répond Roger. Mais ce n’est pas le moment de se chamailler.
    – Réfléchissons à la situation, dit Pétrus.
    – Et nous sommes dans une mauvaise situation ! répond Roger.
    En effet, nos deux amis viennent d’être téléportés dans le film. C’est certainement un coup de la limonade ! Ils se retrouvent en pleine guerre gazeuse, truffée de bulles ! D’un côté, des bulles de Coca, de l’autre des bulles de limonade. Elles s’éclatent les unes les autres.
    Pétrus et Roger tremblent de peur. Une bulle de Coca tente de les capturer.

Balade de nuit
    Je suis rentrée dans ma chambre, j’ai réfléchi et une idée m’est venue en tête : je voulais sortir du bâtiment. Je me suis habillé et je suis sorti.
    J’ai pris un chemin qui menait jusqu’à la forêt. J’ai continué mon chemin en chantant « la la la la la » et j’ai trouvé une clairière. Il y avait un tunnel. J’ai pris le tunnel qui m’a donné des frissons.  De l’autre côté, j’ai trouvé une rivière. J’ai suivi la rivière jusqu’à une propriété privée.

18 juin 2011
    Pin pon ! pin pon ! pin pon, ! Les pompiers arrivèrent. Les enfants leur expliquèrent ce qui s’était passé. Les pompiers s’écroulèrent de rire. Il reprirent leurs esprits.
   Les pompiers l’emmenèrent à l’hôpital avec le 18 juin 2011 pour faire des examens de ce 18 juin 2011 ainsi que pour elle.
    Il ont trouvé, prouvé ce qui s’est passé. Le 18 juin 2011 était périmé à cause des crottes de nez gluantes. L’hôpital ramena le 18 juin 2011 et leur mère .

CHEZ VALERY
    Valéry l’avait mal pris, elle si belle  avec tout son charme.
    Les nouveaux propriétaires emménagèrent chez Valery. Cette dernière n’était pas contente. Elle décida de devenir hantée. Elle fit appel à des amis : un fantôme, un homme sans tête et un vampire.
    Le premier, le fantôme, fit peur aux nouveaux occupants en courant autour de la salle à manger. Le second, l’homme sans tête, posait sans arrêt sa tête dans les plats, les saladiers et les plateaux. Le troisième, le vampire, s’occupait des chambres à partir de minuit. Il poussait des cris terrifiants.
    Les propriétaires ne savaient plus quoi faire.

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article a été publié dans en CM2. Ajoutez ce permalien à vos favoris.