La fin des textes des CM2 de Mme Badrouillard écrite par la sixième 1 (2011):

Le début des textes des CM2 de Mme Badrouillar est ici.

La maison hantée : 
            Les morts se trouvèrent dans son jardin et sortirent des tombes. Ils vinrent frapper à la porte de la maison. Sacha ouvrit la porte et elle cria de peur. Elle monta dans sa chambre et les morts-vivant la suivirent. Sacha ferma la porte  et… elle hurla !
            Quand tout à coup un œil se glissa dans la serrure de la porte, l’œil regarda Sacha, d’un air curieux et une voix glaciale dit : « Nous t’attraperons que ça te plaise ou non! »
            Sacha, frissonnant et de peur sauta par la fenêtre.  Mais le portail était vieux et rouillé du coup…  il était coincé ! Les macchabées la rattrapèrent en un rien de temps… Ils lui sautèrent dessus. Sacha poussa un cri d’effroi:             « -Ils me battent, ils me battent!
            – Tu vas pas nous faire un scandale?! » dirent les morts-vivants tous en chœur et ils la traînèrent jusqu’au corbillard familial… puis partirent.
            Après 5minutes de voyage, ils arrivèrent à la ville MACABIVILLE. Cette ville  sentait la mort, les gens étaient effrayants. Sacha était tellement effrayée et en sanglots qu’elle décida de passer un pacte. Ils acceptèrent   mais à une condition et cette condition c’était…de les accueillir chez elle et de faire la fête tous les jours avec de l’alcool. Mais hélas pour eux, c’était la fin du week-end  et les parents étaient revenus.  La mère qui n’en croyait pas ses yeux poussa un cri car la maison était sale, il y avait plein d’alcool et de mort-vivants en train de danser avec Sacha, toute la nuit,  et il y avait même une «ambumort». Puis ils finirent par transformer les parents et Sacha en morts-vivants. Et ils se remirent à danser toute la nuit, et passèrent à table et dire la prière à ne jamais oublier «au taquet tarlidada, hop on se met à une table et on taille. »
            Et ils vécurent malheureux jusqu’à ce que ce soit la fin du monde… là où tout le monde mourut donc… conclusion:  ils étaient heureux que tout le monde meure. Et les autres dirent «Ah et bien ça fait plaisir ! » Ainsi se passa une deuxième… 1ère guerre  mondiale ; ce fut sanglant mais il n’y eut pas de morts !
            Fin!!!

 Le démon de l’école :
            Armé d’un trident le démon à l’allure sanguinaire dit:
            -N’ayez crainte, je suis un ancien élève qui est devenu démon suite aux nombreuses punitions que j’ai du endurer durant ma jeunesse. A présent je hante les professeurs.
            -Malheureusement une sorcière du mal  qui occupe la fonction de C.P.E me jette un sort pour m’enfermer dans une classe. Mais ce sort ne dure qu’un siècle. Alors, chaque siècle
un groupe de trois élèves me libère. Mais cette immortelle sorcière me recapture  à chaque fois. Soudain, des pas sonores retentirent.
            « Cachez-vous ! » cria le démon, et il partit en traversant le mur. Les élèves qui avaient   reconnu la démarche de la  C.P.E s’enfuirent car ils avaient vu les cadavres des trois autres groupes de trois élèves qui avaient vu le démon. La  C.P.E ne rattrapa pas le démon, et la nuit il mit feu au collège pour se venger.
            Le lendemain, une annonce avait été accrochée à l’entrée du collège: << élèves, un incendie a ravagé le collège, les ordinateurs ainsi que tous les contrôles sont brûlés : vous n’aurez donc pas de bulletin ce trimestre et les cours reprendront le mois prochain. >> En-dessous, une autre annonce était affichée: <<Si les coupables ne se dénoncent pas, tout le collège sera atrocement puni. >> signée la C.P.E  
            Le second  panneau avait été mis par la  C.P.E pour pouvoir à nouveau se nourrir des souffrances des élèves.
            Quand les cours ont repris personne ne s’était dénoncé, mais la C.P.E était absente.
Elle était en train de poursuivre le démon dans toute la ville. Il avait « emprunté » la voiture d’une prof de maths. Soudain, les forces de la sorcières s’épuisèrent et elle tomba de son balai volant. Un enfant qui ne la connaissait pas accouru pour l’aider.
            La sorcière sortit son fouet pour se nourrir de la souffrance de l’enfant, mais le démon
s’interposa et, privée de la souffrance des enfants, la sorcière mourut.
            Le lendemain, le démon avait accroché des affiches sur lesquelles était écrite la vérité, dans toute la ville. Batiste, Milène et Marguerite qui passaient devant une de ces affiches se demandèrent qui pourrait croire à une telle histoire. En fait les collégiens qui connaissaient la tristement célèbre C.P.E crurent à cette histoire et acclamèrent les trois héros pour avoir délivré le démon. La terreur ne régna plus jamais dans le collège; quant au démon il avait obtenu sa vengeance et pouvait à présent reposer en paix.

 Les ombres du parc :
            Une semaine plus tard, nous retournions au parc et nous nous mîmes à baguenauder autour des arbres, quand tout à coup nous vîmes une ombre alors nous reculâmes et tombâmes par terre. C’était la gardienne du parc. Nous étions soulagés de voir une personne au lieu d’un zombie ou pire. La dame dit ensuite:
            « Je vous conseille de ne pas rester ici, car j’ai entendu des rumeurs qui disaient que des ombres de personnes mortes  reviennent en vie, tous les soirs dans ce parc » Puis, elle partit dans le brouillard. Alexye me dit:
            « Je me rappelle que j’avais enterré mon chat ici, peut-être que je reverrai son ombre. »
            – Tu es folle! dit Nicolas d’un coup:  peut-être qu’il ne va pas te reconnaître et va nous attaquer!
            – Mais non, c’est une ombre non?
            – Bon, oui c’est vrai, je resterai avec toi pour vérifier et te protéger. Il est quelle heure en fait ?
            – 20h25 et les ombres sont apparues à 20h30. On pourrait attendre sur le banc.
            – OK, mais comment tu vas le reconnaître?
            –  Je vais l’appeler et il viendra, car avant je n’arrêtais pas de l’appeler et il venait à chaque fois. »
            Nous attendîmes 5 minutes et des ombres sanguinaire sont apparues. Nous voulûmes partir mais nous restâmes à coté. Il y a eut des zombies terrifiants qui avaient les habits déchirés, le nez qui coulait, les cheveux en pétard, la peau déchirée, les mains toutes fripées et un œil qui pendait. Ils sortaient des buissons et même des chiens zombis…. Nous étions terrorisés et Alexye cria:
            « Balteau, si tu es ici, viens me voir!! » Et un magnifique chat sortit des buissons ! On aurait dit qu’il était vivant, il ne ressemblait pas aux autres zombis. Alexye le regarda et courut vers lui et le chat fit pareil. Je n’ en croyais pas mes yeux.
            Tout d’un coup, je reconnus ma chienne. Je l’adorais, nous jouions toujours ensemble jusqu’à ce qu’elle meure! C’est ainsi que tous les soirs nous retournâmes au parc et nous étions devenus amis avec les zombis, malgré leur apparence.
            C’est à cette époque que nous commençâmes à nous aimer et à 21 ans, nous nous mariâmes. Et le chat et la chienne firent de même avec une autre chatte et un autre chien.
Au terme d’une longue vie, Alexye et Nicolas moururent ensemble et rejoignirent leurs amis zombis et leurs animaux.
            Fin.               

Le pari :
            « OUI ! ! ! ! ». Les deux ennemis se lancèrent dans la course, quand soudain …  Ils s’arrêtèrent, c’est bizarre, ils ne voyaient plus rien, qu’une  purée noire visqueuse et dégoûtante qui s’accrochait à leur peau.
            C’est un pétrolier et une grosse marée noire. Les 2 ennemis partent et se donnent rendez-vous le lendemain matin à 10h00. Les 2 ennemis sont au rendez-vous. Ils se lancent un défi: slalomer les rochers démoniaques. Ils se lancent dans le slalom, le requin prend l’avantage mais le dauphin nage vite pour le rattraper mais PAF ils se rentrent dedans ! A moitié assommés, les 2 ennemis disent: « Demain matin, même heure. »
            Le lendemain matin, les 2 ennemis sont au rendez-vous, mais ils se disent qu’ils ne savent même pas pourquoi ils se battent alors ils décident  d’être amis et… ils vécurent de bons moments ensemble.
            Suite à leur aventure, ils ont aperçu un trident. Ils sont partis à toute vitesse jusqu’au large et tout d’un coup, plantée dans le sable, ils voient une bouteille d’alcool avec un parchemin dedans et un éléphant de mer amphibie était devant un cerisier  qui mangeait des cerises et c’est à ce moment-là qu’ils comprirent que le pétrole et les bosses du slalom des rochers démoniaques leur donnent des hallucinations. . . . Ils décident d’aller se coucher.

Le meurtre australien :                       
            J’allais oublier :  l’aborigène sentait fort l’alcool et voulait nous tuer car nous voulions construire des immeubles sur leur terre. Il  tira sur mon père… Puis d’un seul coup, papa se transforma en IRON-MAN. Je n’en croyais pas mes yeux : son armure était rouge et dorée.
            Il me prit et on partit quelque part très loin. Il ne voulait pas me dire où on allait. Une heure plus tard, on était arrivé au-dessus d’un pays inconnu, où il y avait, sous un cerisier, des éléphants qui baguenaudaient. Non loin de là, des animaux amphibies se baladaient près d’un étang. Je lui ai demandé où on était, il me dit:
            « – Josh, on est à Futurama.
            – Futurama? C’est quoi ça?
            – Josh,  Futurama est un monde doté d’une technologie très expérimentée. C’est là où je suis né… Et toi aussi tu es né ici. Je dois te dire quelque chose, Josh.
            – Quoi Papa? Allez! dis!!!
            – Ce n’est pas très facile à entendre, mais bon. Ta mère n’est pas morte, je l’ai rencontrée ici. Si tu es d’accord, elle voudrait te rencontrer. Je t’ai menti car la vie était mieux sur Terre et ta mère ne voulait pas te garder à Futurama, mais je lui ai promis de te ramener ici avant tes 16ans. Voilà, tu sais tout.
            – Quoi ? Tu m’as menti? Elle n’est pas morte !!! Je te déteste!…
            – Maintenant, calme-toi Josh, calme-toi. Ta mère s’appelle Amanda, c’est la reine de Futurama mais veux-tu la rencontrer?  
            – Oui !
            – Maintenant je vais te montrer notre maison. Tu vois la colline là-haut? Eh bien, c’est notre maison.
            – Ouah! elle est trop belle! Je la kiffe ! Je suis trop content d’être ici. Le lendemain matin on alla rencontrer ma mère. «Allez, allez, Papa, c’est l’heure. ». On prit le petit déjeuner et on partit la rencontrer.
            « – Papa, c’est elle maman? Elle est trop belle!!!
            – Josh, mon chéri, comme tu as changé !
            – Maman. . . » Et on vécut heureux! ! !

Le meurtre australien :
            Lorsque l’aborigène pointa l’arme sur mon père, à la place de venir le secourir, je partis dans la forêt chercher de l’aide.
            Je courais, courais et courais encore plus vite. Soudain, j’aperçus une petite camionnette ouverte sur le toit. Je courus derrière elle pour l’arrêter et j’expliquai toute l’histoire au chauffeur. Je l’emmenai à l’endroit où l’aborigène menaçait de tuer mon père, et le monsieur écouta attentivement leur conversation :
            « Que faites vous? Nous ne sommes pas des voleurs de terres. disait mon père.
            – Chutt!!!! assez parlé !! n’essaie pas de te défendre, je sais que tous les gens qui débarquent sur notre île, sont là pour nous voler nos terres !
            – Je vous en supplie :  ne me faites pas de mal!! J’ai un enfant de 14ans, je suis venu ici pour vous aider, pour que vous ayez plus de terres ! J’aimerais faire de cet endroit un parc naturel avec des éléphants qui  baguenauderaient, avec des cerisiers.
            – Assez parlé !!!
            – Monsieur, je suis archéologue et j’aime les civilisations passées. Il n’y aurait pas d’alcool ni de terreur et de trident. Il y aurait des tireurs d’arcs qui savent bien viser, on pourrait en faire des concours. La vengeance ne règnerait pas!!
            – D’accord, je vous laisse la vie sauve à deux conditions… Que vous ne me dénonciez pas à la police australienne, car ici les aborigènes sont recherchés.
            – Marché conclu !
            – Attendez ! Je n’ai pas dit ma dernière condition, je voudrais que tous les aborigènes viennent sur la terre nouvelle.
            – Marché conclu, vous viendrez vivre dans notre nouvelle terre et les policiers ne pourront pas venir vous embêter. »
         Et c’est depuis ce jour que tous les aborigènes vivent en paix sur la  terre qui se nomme « le paradis sur terre » et que Josh et son père continuent leurs voyages d’affaires partout dans le monde.

 Le jeu vidéo :
l’explosion …..
            Thomas pointa un zombie avec son sniper 3  balles qui, placé dans la tête des zombies, fit  un bain de sang. Il restait une dizaine de zombies. Alexandre alluma un bâton de dynamite et le balança près des zombies. Le bain de sang se transforma en mer puis ils montèrent sur une plateforme. Ils virent la bombe, ils coupèrent le fil rouge: la mission était un succès  
            « – Youpi! we are the champions!
            (retour dans le réalité)
            «  Hé ho? Où êtes-vous ? Le repas va refroidir. » La mère s’arrêta, interloquée, sur le seuil de la chambre … elle en lâcha sa cuillère: ses fils, les yeux vides, tenaient les poupées barbies de leurs sœurs : ils les déchiquetaient…
            « Mais qu’est que vous faites? »
            (retour dans le jeu)
            « We are the champions…!!! »  les deux frérots  chantonnaient l’air du célèbre groupe américain.  Une voix retentit dans le talkie-walkie, c’était sûrement pour leur donner leur nouvelle mission !
            «  -Allo ?
            – Oui.
            – Je vais vous donner votre mission : celle de tuer un dangereux psychopathe,  je vous envoie un hélicoptère.
            – Reçu 5 sur 5 ! »
            Un hélicoptère arriva et ils furent téléportés dans un couloir sombre. Ils entendirent des pas, ils virent une ombre passer dans le noir et ils regardèrent autour d’eux et au plafond. Ils avancèrent et tombèrent dans un trou, ils virent une lumière et le dangereux psychopathe sanguinaire c’était…. Oui-oui !
            (Retour dans la réalité)
            « Quoi?! » la mère toujours sur le seuil de la porte était étonnée et terrorisée par le comportement de ses fils qui étranglaient la peluche  de Oui-oui.
            «  Non !!! »
            (Retour dans le jeu )
            Oui-oui expliqua qu’il était alcoolique depuis qu’il s’était fait virer du studio par Jack l’éventreur et qu’il voulait se venger puis il sortit sa tronçonneuse:  le combat commença. Oui-oui explosa le crâne de Thomas. Le cerveau dégoulinant, Alexandre prit le AK-47 et tira sur Oui-oui et la tête partit en bas. Ils venaient de gagner la partie.
            (Retour dans la réalité)
            Tout redevint comme avant sauf qu’un jour… (à suivre)                                                                                                                                                                 

La disparition…
            Pierre se dirigea vers le rayon indiqué et un grimoire s’y trouvait. Pierre était impressionné: il l’ouvrit et lut les première lignes…
            « Bonjour Pierre, je suis content de t’avoir rencontré ! Je t’attendais depuis longtemps. » Pierre prit son courage à deux mains en sachant qu’un livre lui parlait,  il dit :
            « Bonjour ! » Après avoir prononcé ce mot, il fut aspiré dans le livre. Soudain il atterrit dans un milieu sombre et sanguinaire : un mort-vivant apparut. Mais il ne semblait pas voir Pierre ! Des dizaines de créatures que l’on ne voit que dans les contes se promenaient. Ils ne  semblaient pas si méchants . 
            Il baguenauda pendant quelques minutes et au loin aperçut un cerisier et à côté un loup qui poursuivait le petit chaperon rouge. Il s’en approcha prudemment mais Pierre était invisible pour ces créatures donc il n’avait rien à craindre et cueillit une cerise et l’avala. Quelques secondes plus tard, il se réveilla et il se rendit compte que toutes ces aventures, toute cette histoire n’étaient qu’un rêve.
            Qui, dans son rêve, l’avait envoyé ainsi et pourquoi ? Il ne l’a jamais su.

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article a été publié dans En 6ème. Ajoutez ce permalien à vos favoris.