Le texte de Marine (2011):

            Ses parents avaient offert un petit chien à Léa, qui avait décidé de le nommer Benji. En ce matin de Juillet, elle jouait avec lui dans la voiture, au cours de ce voyage qui devait les mener en vacances.
          Mais les adultes ne supportèrent pas longtemps les jappements du petit ratier et, soudain, ils se moquèrent bien du fait que la petite fille s’était attachée au Pincher et avait l’air si heureuse auprès de lui.
           Ils demandèrent à leur fille
d’arrêter « d’agacer le chien » et firent des menaces mais la petite fille ne sut pas se contenir alors ils la grondèrent vertement… ce qui fit aboyer encore plus le petit être déchaîné. Les parents n’en pouvaient plus.

           Ils s’arrêtèrent sur une aire d’autoroute et envoyèrent Léa acheter des sandwichs avec son compagnon bruyant, pour avoir un peu la paix. Au bout de dix minutes, la fillette et le chien n’étaient toujours pas revenus et les adultes commencèrent à s’inquiéter.
           Ils allèrent donc voir ce qui se passait dans le magasin, dans la file d’attente mais ne trouvèrent ni l’enfant ni l’animal qu’ils appelèrent en vain.
           Dans les toilettes, il n’y avait personne et toutes les portes étaient ouvertes. A mère demanda au directeur de passer une annonce au micro pendant que le père appelait la police. Les policiers arrivèrent sur place quelques minutes après l’appel mais de longues heures s’écoulèrent sans nouvelle de Léa. Les parents, rentrés chez eux, espéraient à chaque instant avoir des nouvelles rassurantes et se remémoraient leurs mots durs avec regret.
          Deux jours plus tard, ils apprirent la nouvelle tragique: le corps de leur fille sans vie et celui du petit chien avaient été retrouvés dans la rivière toute proche.

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article a été publié dans En 4ème. Ajoutez ce permalien à vos favoris.