(H.D.A.) la valeur illustrative d’une oeuvre d’art par rapport à une oeuvre antérieure (2012):

Ou comment les artistes du passé ont pu créer, innover, à partir d’une oeuvre préexistante. (Et l’on peut se demander si, la question des droits d’auteur étant posée dans les termes où elle est actuellement posée… les seconds auraient pu créer?!)

Pour que mes élèves de latin traitent ce sujet, je place ici le tableau (1793, aquarelle  et huile sur  papier 72,4x 94cm) de Richard Westall (1765-1836) [Et je n’ai pas encore éclairci   l’origine de la copie suivante… Elle contient des références de WIKIGALLERY.ORG  (Je n’ai pas su trouver cette image dans Wikipedia… et ce qui était un grand mystère  pour moi…  Baptiste a fini par le résoudre : cf le commentaire de cet article.]

Je corrigerai ce travail lorsque tout le groupe aura réfléchi sur ce sujet et pas seulement un tiers comme c’est le cas en ce moment:

à comparer avec le texte extrait de La Pharsale de Lucain:

Livre I de La Pharsale de Lucain:

« Iam gelidas Caesar cursu superauerat Alpes ingentisque animo motus bellumque futurum 185 ceperat ut uentum est parui Rubiconis ad undas, ingens uisa duci patriae trepidantis imago clara per obscuram uoltu maestissima noctem turrigero canos effundens uertice crines
caesarie lacera nudisque adstare lacertis et gemitu permixta loqui: ‘quo tenditis ultra? quo fertis mea signa, uiri? si iure uenitis, si ciues, huc usque licet.’ tum perculit horror membra ducis, riguere comae gressumque coercens languor in extrema tenuit uestigia ripa. »

Traduction:

César arrive sur les bords du Rubicon, qui marque la limite de son gouvernement.
L’image de la patrie désolée se dresse devant lui et le conjure de ne pas avancer plus loin avec son armée. César, après un moment d’hésitation, passe le fleuve.
Déjà César avait franchi le sommet glacé des Alpes, l’esprit violemment agité, le coeur plein de la guerre future. A peine fut-il arrivé aux bords étroits du Rubicon, une grande ombre lui apparut : c’était l’image de la patrie ! elle brillait dans l’ombre de la nuit. Elle était tremblante et consternée. De son front couronné de tours, ses cheveux blancs tombaient épars. Debout devant lui, les bras nus, elle prononce ces paroles entrecoupées de gémissements : « Où allez-vous, soldats, où portez-vous mes enseignes ? Si vous respectez les lois, si vous êtes citoyens, arrêtez ! un pas de plus serait un crime. » A ces mots, le coeur de César est saisi d’horreur ; ses cheveux se dressent sur sa tête, et la langueur dont il est abattu enchaîne ses pas au rivale.

Puis:

« Roma, faue coeptis. non te furialibus armis persequor: en, adsum uictor terraque marique Caesar, ubique tuus (liceat modo, nunc quoque) miles. Ille erit ille nocens, qui me tibi fecerit hostem.’ inde moras soluit belli tumidumque per amnem 205 signa tulit propere[…]’hic’ ait ‘hic pacem temerataque iura relinquo; te, Fortuna, sequor.

Traduction:

« Et toi, Rome, qui fus toujours une divinité pour moi, favorise mon entreprise. Non, Rome, ne crois pas voir César te poursuivre, armé du flambeau des Furies. Vainqueur sur la terre et sur les mers, il est encore à toi, si tu le veux ; il est ton soldat, il le sera partout. Celui-là seul sera criminel qui fera de César l’ennemi de Rome. » A ces mots, sans plus différer, il fit passer le fleuve à ses troupes. « C’est ici, dit-il, c’est ici que je laisse la paix et les lois déjà violées. Fortune ! je m’abandonne à toi !

Et: Extrait de Suétone Vie de César XXXII, 3

Alors César dit: « Allons où nous appellent les signes prodigieux envoyés par les dieux ainsi que le comportement injuste de nos ennemis. Le dé a été jeté! » Tunc Caesar: « Eatur, inquit, quo deorum ostenta et inimicorum iniquitas vocat. JACTA ALEA EST! »
Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans En 3ème, H.D.A., Latin TERTIUM ANNUM, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour (H.D.A.) la valeur illustrative d’une oeuvre d’art par rapport à une oeuvre antérieure (2012):

  1. Oui!!!!!!!!!! Je le reconnais volontiers comme mon champion!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s