(2012) Un commentaire du tableau « The Goddess Roma Appearing to Julius Caesar at the Bank of the Rubicon » de Richard Westall, 1793

Cette huile sur toile (« oil on canevas ») de 72,4 cm sur 94, date donc de 1793, période où le peintre vécut chez son ami  Thomas Lawrence et illustre, comme nous l’avons vu précédemment, le texte de Lucain dans la Pharsale,  racontant l’apparition de l’allégorie de Rome à Jules César, au moment où il s’apprêtait à passer le Rubicon.
Le peintre a donc composé une œuvre en trois ensembles, que l’on peut matérialiser par un rectangle pour la divinité, un cercle pour le Général et un trapèze pour le groupe métonymique de l’armée romaine.

Rome est dans l’espace des teintes jaune paille, ivoire, ocres et blanches… une palette de tons luminescents pour un lieu idéal de perfection imaginée. Une luminosité cherchant à éclairer le héros par la pensée, avec un jeu évident sur les mots.
Les hommes et le fidèle destrier sont ocre orangé et presque rouges  car ils sont de chair et de passion.  Ils vibrent.
La guerre et l’armée sont représentés par les teintes argentées aux reflets métallisés , parles gris et les  noirs  de valeurs diverses des lances, casques, bouclier, enseignes, licous et autres liens et sangles, piques et cuirasses dont la brillance rutilante renvoie les reflets divins.  Le flamboiement de ces tons métalliques forcent le regard, marquent l’esprit du spectateur. Ils retentissent.

lespartiesdutableaudeWestall           illumination

             La lune et son reflet dans les eaux du fleuve « aux eaux gonflées »  constituent la limite entre le monde divin et le monde de la réalité et symbolise la Fortune, avec ce coup de dés.

             Les regards des personnages (le cheval étant compris comme tel) montrent  d’où proviennent la lumière physique et l’éclairage moral du sens symbolique de ce passage projeté.
Dans le halo lumineux de l’apparition se détachent ses attributs de divinité tutélaire. [Nous avons pu évoquer une apparition de type marial… mais nous ne devons pas oublier qu’il s’agit d’un peintre anglais pour qui le merveilleux catholique n’a pas de signification, quoiqu’il ait pu avoir été influencé par des récits bibliques. Il n’empêche qu’elle nous fait penser à une statue religieuse de sainte femme.]
Au lieu des cheveux blancs dont parle le texte de l’auteur latin, le peintre a choisi de manifester l’émoi de la déesse par le mouvement de ses  vêtements, suggérant ainsi sa tristesse devant l’acte sacrilège que constitue la violation des limites de l’influence de la Cité-Etat, le viol moral de son intégrité, acte qui avait été formellement interdite à César par le Sénat rallié à Pompée à ce moment-là.
On peut aussi noter le profil des plus grecs et classiques comme l’auréole de  la chevelure  se présentant comme un léger voile. Les bras levés de l’imago font un signal de prévention… sans doute celui qui retient les pattes du cheval « à l’extrême bord du rivage ».

TURRIGERATUTA            leslingesretombant

              L’armée est située à droite, avec le couple équilibré (la croix qu’ils forment les ancrent dans le concret) des guerriers en un  net mouvement vers la gauche: ils sont prêts au fameux passage, déjà en train de suivre la monture de  leur chef, qui est, lui,  martial et déterminé.

lessoldats    lessoldatsmétonymiquedelarmée      l'armée

Cette métonymie (une partie pour un tout) des légions de César comprend d’abord des chevaux dont les têtes  aux formes rondes semblent encenser (définition du terme encenser dans le Trésor de la langue française: Secouer la tête de haut en bas, en parlant d’un cheval. « Sitôt que le cheval encense, il prend peur et tire sur les rênes, parce qu’il s’y cramponne « (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 424).] Les bêtes sont comme troublées par l’apparition qu’elles ne regardent  guère ou devant laquelle on les fait marquer le pas.
Suivent les enseignes et les lances, armes et drapeaux des unités d’élite avec une aigle  quasiment surprise en vol (confer la définition du mot aigle dans le T.L.F.I.) . On peut constater en lisant l’encyclopédie Daremberg et Saglio, dictionnaire de civilisation antique, qu’à l’article SIGNA MILITARIA, on voit le dessin d’une aigle similaire AQUILA.  Il s’agirait donc de la Vème légion MACEDONICA ou de la VIème VICTRIX. Un VEXILLUM est aussi représenté (un drapeau accroché sur une barre transversale).

Les trois ensembles  du tableau semblent situés sur le même plan mais ce sont les soldats de droite qui sont au premier plan, César au second qui est donc central puisqu’au coeur même du tableau et Rome à l’arrière-plan… L’oeil démarre  sa lecture par la gauche, attiré par la lumière,  dans le sens de lecture naturel dans notre civilisation… mais c’est l’armée qui est placée au plus près du spectateur, ce sont les soldats qui nous représentent comme témoins de l’événement historique.  C’est en eux que nous nous investissons, adhérant à la scène, dans l’engouement pour l’action, pour le pari sur l’avenir de César, dont tout le monde sait désormais  qu’il était gagnant, pour le coup de dé: « ALEA JACTA EST » comme aurait dit Suétone.

Et elles ont, de fait, fière allure,  cette troupe armées et ces enseignes dressées vers le ciel, entonnant certainement, une fois la stupeur passée et en traversant ce Rubicon, un hymne solennel, conquérant… et victorieux!

Non, nous n’allons pas passer sous silence les touches que nous prenons volontiers pour de l’humour britannique:   « la tête  digne de comics » du cheval, le spasme du bras gauche du premier soldat, l’air un peu trop simple de ces casques,  l’allure bien masculine de Rome qui semble avoir un coin de bouche ironique (mais allez savoir dans un si petit tableau!?) et la physionomie impénétrable de Jules… Les Anglais excellent dans la « mise à distance » qui rend les passions suspectes.

Au lecteur de dire si, à son avis,  nous avons tort ou raison.

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans En 3ème, H.D.A., Latin TERTIUM ANNUM, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s