Les strigidés…. c’est chouette! (reprise en 2012 de… 1995!)

En 1995,  j’avais réalisé un travail à propos des  Chouettes et hiboux, dont voici une partie :

lachouetteeffraiedeBeroniki          hibougrandducdeBeroniki

Et ma préférée:

lachouettedeBeroniki

Il s’agit de pastels secs sur papier à grain.

POUR CEUX QUI SONT REBUTES PAR LES LONGS TEXTES, CLIQUEZ SUR LE LIEN SUIVANT:


Voici maintenant des définitions concernant les noms de ces chouettes et hiboux et leurs catégories en S.V.T..

A) Lexique:

STRIX, STRIGES: nom générique de divers rapaces nocturnes (effraie, hulotte…) du latin STRIGA, mot créé  en français en 1765.

STRIGIDES: Tous les rapaces nocturnes appelés bubonidés.

CAPRIMULGIFORMES: oiseaux crépusculaires et nocturnes.

TYTONIDES: chouettes et effraies.

RAPACES: nom masculin, 1768; ordre d’oiseaux carnivores aux serres armées d’ongles forts et crochus, au bec puissant arqué et pointu; certains sont diurnes, d’autres nocturnes.

CHOUETTE: nom féminin, 1175, de l’ancien français « choue » issu du latin populaire « CAVA » et du francique « kawa »;

I) rapace nocturne.On distingue la chouette du hibou en l’absence d’aigrettes.

II) 1830, adjectif issu de l’italien « civetta », signifiant « femme coquette ».

III) adjectif signifiant « agréable, beau, élégant, digne d’admiration, d’éloge, joli »

IV) en argot « chouettos »!

V) interjection signifiant « chic! », pour exprimer une notion de contentement.

HIBOU: nom masculin du Xème siècle, onomatopée. Oiseau rapace nocturne à aigrettes.

B)  Des espèces et des noms:

Les ornithologues classent les oiseaux par ordres, familles, genres, espèces, selon une suite précise allant du plus simple au plus évolué.  La nature, qui est désordonnée et vivante, préfère regrouper les animaux par milieu: bois et champs, étangs et marais, mer, jardins…

En 1995, les oiseaux étaient classés en 8600 espèces regroupées en 34 ordres (tandis que les mammifères comptaient 3200 espèces et les insectes… plus d’un million!). Je crois que la classification a beaucoup évolué depuis… mes collègues de SVT vont être mis à contribution, bientôt,  sur cette question.

Ainsi la CHOUETTE CHEVÊCHE  se nomme toujours la « ATHENA NOCTUA« . Elle est la plus petite des chouettes vivant dans nos régions (petite comme un merle )  et la seule, avec le hibou des marais, à chasser de jour. Elle vit dans les vergers et les parcs. Elle a des yeux à l’iris jaune citron!

La CHOUETTE HULOTTE: Son nom, entré en 1530 dans la langue française vient de l’Ancien français « huler » signifiant « hurler » qui provient du latin « ULULARE« . De la taille d’un corbeau, elle se nourrit d’insectes et de petits  rongeurs. Avec l’effraie, c’est la seule à avoir les yeux noirs. Le plumage est gris-roux, ressemblant à une écorce. Elle vit dans les bois. Son oeil est aussi gros que celui de l’homme.

La CHOUETTE HARFANG: son nom, entré en français en 1760,  est d’origine suédoise, langue dans laquelle il signifie « blanche » ou « des neiges » car elle niche dans le grand nord et migre vers le sud lorsque les rongeurs, lemmings et campagnols, qui constituent sa nourriture, se raréfient.

La CHOUETTE EFFRAIE: Elle peut appartenir à deux espèces, celle de couleur claire à poitrine blanche et celle de couleur plus foncée à poitrine beige-brun. Son dos n’a pas de couleur uniforme comme sa poitrine  mais est strié comme ses ailes. Sa face est en forme de coeur et son regard noir est digne d’un Pierrot lunaire!

Son nom, datant de 1555 en français, est une altération de « orfraie » , que l »on utilise parfois pour la désigner. Ce terme est une attraction pour « effrayer » qui a été composée en 1491 à partir du latin « OSSIFRAGA« , « qui brise les os » (or ce nom était celui du PYGARGUE vulgaire, un oiseau de proie diurne). Il s’agit donc d’un mot de « formation savante ».

Elle a la passion des vieilles pierres, vieux clochers, granges, greniers non aménagés… Pourtant elle a l’ouïe extrêmement  fine. Il faut croire que la présence de l’homme ne la dérange pas pendant son sommeil diurne! Désormais elle a un peu plus de mal à trouver où nicher du fait de l’omniprésence du béton ou des toits plats d’immeubles.

Le CHAT-HUANT: Son nom était en fait « chahuan » issu, en 1265  du mot  « CAVANNUS« , nom masculin (!!!) de la hulotte en latin (sans doute en référence aux lieux creux où elle niche) qui désignait les oiseaux qui possèdent deux touffes de plumes semblables à des oreilles de chat (alors que chat, comme martre et putois,  se dit FELES/FELIS en latin et est féminin).

Le HIBOU DES MARAIS: L’ASIO FLAMMEUS porte des aigrettes minuscules. Il chasse dans les terrains humides et parfois de jour comme la chouette chevêche.

Le HIBOU MOYEN-DUC: L’ASIO OTUS est le plus commun dans les terrains boisés.  Ses aigrettes sont plus allongées que celles du précédent. Ses yeux sont jaunes et ses stries rayent son plumage pour lui donner une tenue de camouflage sur fond d’écorces.

Le HIBOU GRAND-DUC: Le BUBO BUBO est le plus grand hibou européen car il peut atteindre 70cm.  Ses iris sont rouge orangé et surmontés d’aigrettes érectiles. Il est deux fois plus grand que le précédent… et apprivoisable. Mon grand-père en avait apprivoisé un, célèbre dans la famille, dont il devait s’occuper en portant des gants afin de supporter la pression des serres ou les coups de bec affectueux.

Cet animal peut vivre 68 ans et son envergure peut mesurer 1,70m. . On estimait en 1995 qu’il n’en restait plus qu’une cinquantaine de couples en France.

C) En Sciences naturelles :

Les caractéristiques physiques de ces oiseaux sont spécifiques.

Deux écoles s’affrontaient en 1995 au sujet de la vue de ces animaux.  Certains, comme dans le journal La Hulotte, affirmaient qu’ils supportaient très bien la lumière du jour, et celle du soleil en particulier, mais qu’ils ne sortaient pas de jour pour éviter les passereaux. D’autres avançaient l’idée d’une vision approximative de très près, apportant comme preuve le fait que la chouette ne pourrait retrouver des proies qu’elle aurait laissé tomber par mégarde.

Plus scientifiquement, on peut dire que leur vision est binoculaire et que leur œil  distingue des formes dans une lumière d’une intensité cent fois plus faible que celle requise par l’œil humain.  Donc leur acuité visuelle peut être jusqu’à cent fois supérieure à celle de l’homme.

lavisionduhibouPourtant, leur champ visuel  « de base » est réduit par rapport à celui de l’homme (110° au lieu de 125°) sans doute parce que leur tête peut pivoter sur 180° (l’homme ne peut le faire que sur 90° environ) et certaines espèces peuvent même le faire sur…. roulements de tambour: 270° (la chouette harfang par exemple! Bravo Edwige!). En conclusion… leur champ visuel est supérieur au nôtre! Une souris éclairée par une lumière de bougie est vue à 2 mètres par l’homme  et à… 360 mètres par les chouettes et hiboux!

Cependant ils ne voient pas dans l’obscurité totale! Ils ne perçoivent pas non plus les même couleurs que nous: à cause de la forme de leur fovéa (= fond de l’oeil) et parce qu’ils possèdent comme le chat une « sorte de rélecteur derrière la rétine » leur permettant de voir avec deux fois plus de précision…  ils voient tout en nuances de gris. Une performance, certes… mais qui rend la vie moins… esthétique, non?

Tous les oiseaux ont des oreilles bien qu’elles ne soient pas toujours visibles… mais les aigrettes ne sont pas des oreilles. Et bien évidemment leur ouïe est bien supérieure à la nôtre. Ils auraient la capacité de lever ou non leurs oreilles, stockant des informations qui, pour le coup, leur permettrait de fondre sur une proie dans l’obscurité, d’après le livre Les animaux sont extraordinaires de Ron et Atie Van Der Meer chez Nathan, ce que j’ai pu confirmer en lisant l’article de l’Encycolpedia Universalis.

Leur vol est, en outre, des plus silencieux car chaque plume se termine par de minuscules crochets, caractéristique qui leur permet de surprendre leur proie.

Leurs pattes sont munies de griffes, de serres puissantes qui peuvent  tuer net.

Leur odorat et leur sens du goût sont médiocres et ils gobent leur repas, fait de musaraigne, mulot, loir, campagnol, grenouille, crapaud, hannetons, muscardin  (et même  papillon ou des moineau par temps de neige)! Leurs proies sont donc le plus souvent des espèces considérées comme nuisibles. La capture de gibier comme les lapereaux est exceptionnelle.  Leur estomac ne pouvant broyer ni digérer poils, os et plumes, ils recrachent ces déchets sous forme de petites boulettes appelées « pelotes de réjection » caractéristiques de leur espèce.

Enfin ils sont doués pour le… mimétisme, la capacité de se confondre avec la végétation, les rochers…  se mettant ainsi à l’abri de leurs propres prédateurs. La CHOUETTE ROUSSE possède même de faux yeux de plumes sur le dos!

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
En passant | Cet article, publié dans Général, La langue française, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s