Une réforme urgente: la graphie

Il faudrait vraiment, avant de s’inquiéter de l’orthographe de tout un chacun, s’inquiéter d’un problème tout aussi fondamental mais qui le précède: les gens (les adolescents) ne savent plus former correctement les lettres, tout simplement!

Souvent ils écrivent très très gros (au lieu de se contenter du premier interligne)… pour se bercer de l’illusion d’avoir composé un long devoir sans doute ou se dispenser de penser plus longuement, allez savoir!?

Ils écrivent mal, forment mal, graphient mal les lettres: pour beaucoup un -o- ressemble à un -a-!

Ainsi on lit « une jaue » au lieu d’une « joue », « taut val mal! » je vous l’assure! Finalement on pourrait croire à l’existence de la « cauleur joune »… c’est la folie chez les voyelles et pas seulement chez les personnes dyslexiques mais chez les 3/4 de la population! (Non, je ne suis pas originaire de Marseille!)

Ou alors un -v- s’écrit comme un -u- (et je ne parle pas là de l’écriture du  latin ou la confusion était instaurée depuis toujours).

Certains, au contraire, écrivent tout leur texte dans le premier interligne et alors  les -t- ou -d- ou -l- ou -p- ou -q- ont des ambages, des hampes ridiculement courtes…

Quoi qu’on leur dise, pour obtenir qu’ils fassent un effort, au moins, dans les exercices d’orthographe, est vain.

Il faut donc  aller réviser tout ceci sur une FICHE DE MATERNELLE!!! [Je n’ai pas pu identifier les auteurs de ce site et j’insiste donc sur le fait que  le logo en haut de page de l’accueil du site représentant une croix me gêne puisque j’enseigne dans le public par conviction citoyenne. Comme l’article est correct, je ne vous recommande que cet article précis, pour le triomphe de la connaissance universelle. Je ne connais pas les webmestres , des enseignants semble-t-il, qui ne se sont pas identifiés. ]

On peut consulter aussi l’article  « typographie » dans les dictionnaires et encyclopédies du type Wikipedia]. [Désormais

Ils aiment beaucoup aussi écrire « si il » au lieu de « s’il » et j’ai du mal à leur expliquer que si l’on doit écrire « L’homme à qui il parle » ou Si elle est disposée à… »  il faut écrire « S’il veut admettre les nuances… ».

Et enfin, ils raturent sans réécrire les mots raturés, laissant le doute s’installer.

Voici un petit exemple démonstratif et je m’empresse de dire que si l’on cherche à identifier son auteur, on le fera contre mon gré parce que cette personne a bien des qualités par ailleurs  (personne n’est parfait et moi non plus!):

IMG_3609 (2)

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans Culture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s