Programmes 2016, SECUNDUM ANNUM , premiers cours

_______A la faveur d’une interprétation erronée des nouveaux programmes, nous voici, pour cette année-ci seulement,  en totale interdisciplinarité. Ainsi   pendant nos deux heures de cours hebdomadaires , nous ne sommes pas trop de deux pour

  • faire débuter le latin à certains venus compenser le départ d’autres adolescents ,
  • continuer cette langue aux latinistes qui l’avaient commencée en 5ème l’an passé
  • et débuter l’italien avec un renforcement pour les italianistes  motivés.

_______ Nous avons donc choisi de commencer l’année par la partie

LA VIE SOCIALE A ROME et par l’étude des métiers :

_______Nous avons fait un commentaire d’images présentant des métiers ancestraux tels que vigneron, boulanger, agriculteur… et pour constituer un tableau trilingue (français, latin, italien avec quelques mots d’espagnol aussi)  nous avons lu l’épigramme de MARTIAL, Épigrammes, lv. XII, 57 :

Cur saepe sicci parua rura Nomenti
Laremque uillae sordidum petam, quaeris?
Nec cogitandi, Sparse, nec quiescendi
In urbe locus est pauperi. Negant uitam
5 Ludimagistri mane, nocte pistores,
Aerariorum marculi die toto;
Hinc otiosus sordidam quatit mensam
Neroniana nummularius massa,
Illinc balucis malleator Hispanae
10 Tritum nitenti fuste uerberat saxum;
Nec turba cessat entheata Bellonae,
Nec fasciato naufragus loquax trunco,
A matre doctus nec rogare Iudaeus,
Nec sulphuratae lippus institor mercis.
15 Numerare pigri damna quis potest somni?
Dicet quot aera uerberent manus urbis,
Cum secta Colcho Luna uapulat rhombo.
Tu, Sparse, nescis ista, nec potes scire,
Petilianis delicatus in regnis,
20 Cui plana summos despicit domus montis,
Et rus in urbe est uinitorque Romanus
Nec in Falerno colle maior autumnus,
Intraque limen latus essedo cursus,
Et in profundo somnus, et quies nullis
25 Offensa linguis, nec dies nisi admissus.
Nos transeuntis risus excitat turbae,
Et ad cubile est Roma. Taedio fessis
Dormire quotiens libuit, imus ad uillam.
A SPARSUS.
Pourquoi je gagne souvent le petit fonds de ma sèche Nomente
et le lare modeste de ma maison des champs?
Tu le demandes? Pour le pauvre, Sparsus, pas moyen, à la Ville,
de méditer ni de dormir. Comment tenir, dis-moi, avec les maîtres d’école le matin, les boulangers la nuit, et le marteau des chaudronniers tout le jour?
Ici, c’est le changeur qui passe son temps à faire sonner sur son sale comptoir de la monnaie au coin de Néron.
Là, c’est le batteur de lin d’Espagne qui, de son fléau brillant, l’écrase sur la pierre usée. C’est, sans arrêt, la troupe fanatique des prêtres de Bellone, le naufragé bavard portant, suspendue au cou, sa tirelire, et le juif instruit par sa mère à mendier, et le chassieux débitant d’allumettes
soufrées.
Qui peut compter le temps perdu à Rome pour le sommeil dira le nombre des mains qui frappent sur des bassins de cuivre, quand l’éclipse de lune est conjurée par le fuseau de Colchide.
Toi, Sparsus, tu ne connais pas ces misères, tu ne peux pas les connaître, bien douillet dans le domaine de
Pétilius, un vrai royaume, d’où une terrasse domine les sommets à l’entour. Tu as la campagne en pleine ville, ton vigneron est Romain et l’automne n’est pas plus fécond sur les côteaux de Falerne. A l’intérieur de tes
portes, tu peux faire des courses en char. Au fond de ton palais, le sommeil et le repos, que ne trouble aucune voix humaine. Et le jour n’y entre qu’avec ta permission.
Moi, les rires des nombreux passants me réveillent et Rome est à mon chevet. Dégoûté, fatigué, quand je veux dormir, je vais à ma campagne.

_______ Bien évidemment nous avons souligné le caractère « raciste » d’un Romain aisé qui méprise les plus pauvres obligés à travailler et les accuse de vol uniquement parce qu’ils sont « barbares » (= « étrangers » , non citoyen romain,  dans les passages concernant le mandiant et le chassieux).

Les MOTSCLES avec lesquels nous nous familiarisons sont: 
urbanus, forum, balneum, officium ; ars, faber, labor ; patronus, cliens, familia, servus, libertus ; amicitia, humanitas

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans Latin SECUNDUM ANNUM, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s