Programmes 2016, SECUNDUM ANNUM , seconde série de cours

Pour compléter notre connaissance des métiers romains,  nous avons ensuite lu la lettre à Lucilius n° VI 56 de Sénèque, dans laquelle le champ lexical du bruit a retenu aussi notre attention:

LVI. SENECA LUCILIO SUO SALUTEM (1) Peream si est tam necessarium quam uidetur silentium in studia seposito. Ecce undique me uarius clamor circumsonat: supra ipsum balneum habito. Propone nunc tibi omnia genera uocum quae in odium possunt aures adducere: cum fortiores exercentur et manus plumbo graues iactant, cum aut laborant aut laborantem imitantur, gemitus audio, quotiens retentum spiritum remiserunt, sibilos et acerbissimas respirationes; cum in aliquem inertem et hac plebeia unctione contentum incidi, audio crepitum illisae manus umeris, quae prout plana peruenit aut concaua, ita sonum mutat. Si uero pilicrepus superuenit et numerare coepit pilas, actum est. (2) Adice nunc scordalum et furem deprensum et illum cui uox sua in balineo placet, adice nunc eos qui in piscinam cum ingenti impulsae aquae sono saliunt. Praeter istos quorum, si nihil aliud, rectae uoces sunt, alipilum cogita tenuem et stridulam uocem quo sit notabilior subinde exprimentem nec umquam tacentem nisi dum uellit alas et alium pro se clamare cogit; iam biberari uarias exclamationes et botularium et crustularium et omnes popinarum institores mercem sua quadam et insignita modulatione uendentis. 

(3) ‘O te’ inquis ‘ferreum aut surdum, cui mens inter tot clamores tam uarios, tam dissonos constat, cum Chrysippum nostrum assidua salutatio perducat ad mortem.’ At mehercules ego istum fremitum non magis curo quam fluctum aut deiectum aquae, quamuis audiam cuidam genti hanc unam fuisse causam urbem suam transferendi, quod fragorem Nili cadentis ferre non potuit. (4) Magis mihi uidetur uox auocare quam crepitus; illa enim animum adducit, hic tantum aures implet ac uerberat. In his quae me sine auocatione circumstrepunt essedas transcurrentes pono et fabrum inquilinum et serrarium uicinum, aut hunc qui ad Metam Sudantem tubulas experitur et tibias, nec cantat sed exclamat: (5) etiam nunc molestior est mihi sonus qui intermittitur subinde quam qui continuatur. Sed iam me sic ad omnia ista duraui ut audire uel pausarium possim uoce acerbissima remigibus modos dantem. Animum enim cogo sibi intentum esse nec auocari ad externa; omnia licet foris resonent, dum intus nihil tumultus sit, dum inter se non rixentur cupiditas et timor, dum auaritia luxuriaque non dissideant nec altera alteram uexet. Nam quid prodest totius regionis silentium, si affectus fremunt?
(6) Omnia noctis erant placida composta quiete. Falsum est: nulla placida est quies nisi quam ratio composuit; nox exhibet molestiam, non tollit, et sollicitudines muta. Nam dormientium quoque insomnia tam turbulenta sunt quam dies: illa tranquillitas uera est in quam bona mens explicatur. (7) Aspice illum cui somnus laxae domus silentio quaeritur, cuius aures ne quis agitet sonus, omnis seruorum turba conticuit et suspensum accedentium propius uestigium ponitur: huc nempe uersatur atque illuc, somnum inter aegritudines leuem captans; quae non audit audisse se queritur. (8) Quid in causa putas esse? Animus illi obstrepit. Hic placandus est, huius compescenda seditio est, quem non est quod existimes placidum, si iacet corpus: interdum quies inquieta est; et ideo ad rerum actus excitandi ac tractatione bonarum artium occupandi sumus, quotiens nos male habet inertia sui impatiens. (9) Magni imperatores, cum male parere militem uident, aliquo labore compescunt et expeditionibus detinent: numquam uacat lasciuire districtis, nihilque tam certum est quam otii uitia negotio discuti. Saepe uidemur taedio rerum ciuilium et infelicis atque ingratae stationis paenitentia secessisse; tamen in illa latebra in quam nos timor ac lassitudo coniecit interdum recrudescit ambitio. Non enim excisa desit, sed fatigata aut etiam obirata rebus parum sibi cedentibus. (10) Idem de luxuria dico, quae uidetur aliquando cessisse, deinde frugalitatem professos sollicitat atque in media parsimonia uoluptates non damnatas sed relictas petit, et quidem eo uehementius quo occultius. Omnia enim uitia in aperto leniora sunt; morbi quoque tunc ad sanitatem inclinant cum ex abdito erumpunt ac uim sui proferunt. Et auaritiam itaque et ambitionem et cetera mala mentis humanae tunc perniciosissima scias esse cum simulata sanitate subsidunt. (11) Otiosi uidemur, et non sumus. Nam si bona fide sumus, si receptui cecinimus, si speciosa contempsimus, ut paulo ante dicebam, nulla res nos auocabit, nullus hominum auiumque concentus interrumpet cogitationes bonas, solidasque iam et certas. (12) Leue illud ingenium est nec sese adhuc reduxit introsus quod ad uocem et accidentia erigitur; habet intus aliquid sollicitudinis et habet aliquid concepti pauoris quod illum curiosum facit, ut ait Vergilius noster:  et me, quem dudum non ulla iniecta mouebant tela neque aduerso glomerati e agmine Grai, nunc omnes terrent aurae, sonus excitat omnis suspensum et pariter comitique onerique timentem.
(13) Prior ille sapiens est, quem non tela uibrantia, non arietata inter (se) arma agminis densi, non urbis impulsae fragor territat: hic alter imperitus est, rebus suis timet ad omnem crepitum expauescens, quem una quaelibet uox pro fremitu accepta deiecit, quem motus leuissimi exanimant; timidum illum sarcinae faciunt. (14) Quemcumque ex istis felicibus elegeris, multa trahentibus, multa portantibus, uidebis illum ‘comitique onerique timentem’. Tunc ergo te scito esse compositum cum ad te nullus clamor pertinebit, cum te nulla uox tibi excutiet, non si blandietur, non si minabitur, non si inani sono uana circumstrepet. (15) ‘Quid ergo? non aliquando commodius est et carere conuicio?’  Fateor; itaque ego ex hoc loco migrabo. Experiri et exercere me uolui: quid necesse est diutius torqueri, cum tam facile remedium Ulixes sociis etiam aduersus Sirenas inuenerit Vale.

[6,56] LE SAGE PEUT ÉTUDIER ET VIVRE TRANQUILLE PARTOUT; LE MÉCHANT, AU CONTRAIRE, NE TROUVE DE REPOS NULLE PART.
Que je meure, si le silence est aussi nécessaire qu’on se l’imagine aux études solitaires. Mille cris divers retentissent autour de moi; je loge juste au-dessus d’un établissement de bains. Représentez-vous toutes les espèces de bruits qui peuvent offenser nos oreilles. Quand les plus robustes balancent leurs bras chargés de masses de plomb, quand ils se fatiguent ou feignent d’être fatigués, j’entends des gémissements ; quand ils reprennent leur haleine, j’entends leurs sifflements et leurs respirations forcées. Si le hasard m’envoie un de ces étuvistes maladroits dont le savoir se borne à l’onction la plus vulgaire, j’entends le coup de sa main sonner différemment sur les épaules selon qu’il la pose ouverte ou fermée. C’est bien pis encore, s’il survient des joueurs de paume qui se mettent à compter leurs points. Ajoutez à cela les ivrognes, les filous pris sur le fait, et ceux qui trouvent que leur voix fait bon effet dans le bain ; puis les gens qui sautent dans la cuve en faisant résonner l’eau à grand bruit. Outre tout ce monde-là, dont les intonations sont du moins naturelles, représentez-vous le dépilateur qui fait presque continuellement entendre une voix aiguë et criarde pour qu’elle soit davantage remarquée, et ne s’arrête que lorsqu’il a trouvé des aisselles à épiler et un patient à faire crier à sa place. Puis viennent les clameurs diverses des pàtissiers, des charcutiers, des confiseurs, de tous les courtiers de tavernes, qui annoncent chacun leur marchandise avec des cris tout différents.
Il faut, me direz-vous, que je sois sourd ou de fer pour rester de sang-froid au milieu de tant de vociférations confuses et discordantes, lorsque c’en était assez des visites journalières de ses clients pour faire mourir notre ami Crispus. Pour moi, je vous le jure, je ne me soucie guère plus de tout ce tapage, que d’une eau qui flotte ou qui tombe, quoique j’aie ouï dire qu’une ville fut déplacée pour ce seul motif que ses habitants ne pouvaient supporter le fracas de la chute du Nil. La parole me cause plus de distraction que le bruit. C’est que l’une détourne l’esprit, tandis que l’autre ne fait que remplir et frapper mes oreilles. Entre les bruits qui retentissent autour de moi sans me distraire, je compte ceux que font les chariots qui passent, le forgeron logé chez moi, le serrurier mon voisin, ou bien cet histrion qui, auprès de la borne-fontaine, essaie l’effet de sa trompette et de sa flûte, et beugle plutôt qu’il ne chante. Je dois dire aussi que les sons intermittents m’incommodent davantage que les sons continus. Mais à présent, je suis tellement fait à tout cela, que je pourrais entendre sans émotion un comite de galère indiquer de sa rude voix la mesure aux rameurs. Je contrains mon esprit à se prêter attention à lui-même, et à ne pas se porter sur les choses extérieures. Tout le bruit du monde peut se faire entendre à ma porte, pourvu que le tumulte ne pénètre pas à l’intérieur, pourvu qu’il n’y ait point de combats entre le désir et la crainte, pourvu que l’avarice et la luxure ne soient point aux prises, qu’une de ces passions ne choque point l’autre. Car qu’est-ce que le calme de toute la nature extérieure, si les passions éclatent au dedans ?
« La nuit avait partout répandu son calme profond. » Erreur ! il n’y a de calme que celui que répand la raison : la nuit ramène nos tourments, plutôt qu’elle ne les dissipe; elle ne fait que changer nos soucis; car on a beau dormir l’agitation des rêves n’est pas moindre que celle des veilles. La véritable tranquillité est celle où s’ébat une bonne conscience. Voyez cet homme que le silence d’une vaste maison prépare au sommeil ; autour duquel la foule des esclaves se tait pour que nul bruit ne trouble ses oreilles, dont on approche avec précaution sur la pointe du pied. Eh bien ! il se retourne en tous sens, s’efforçant de trouver, à travers ses soucis, un léger sommeil ; il n’a rien entendu, et se plaint d’avoir entendu un bruit qui le fatigue. Savez-vous d’où vient cela ? Le bruit est dans son âme; là est le trouble à apaiser, là le soulèvement à réprimer; car, parce que le corps repose, il ne faut pas croire que l’âme soit paisible. Souvent le repos n’est rien moins que le repos ; et c’est pour cela qu’il faut nous exciter à l’action et au travail, et qu’il faut nous livrer à quelque exercice honnête, toutes les fois que la paresse, à charge à elle-même, nous tient malheureusement sous son joug.
Les grands capitaines, lorsqu’ils voient le soldat porté à la désobéissance, le domptent par la fatigue et par les expéditions ou ils l’engagent. On n’a pas le loisir de songer aux divertissements, quand on est occupé, et s’il est une vérité, c’est que les vices de l’oisiveté sont chassés parle travail. Souvent l’ennui des affaires et le dégoût d’un poste pénible et ingrat nous font chercher la retraite ; mais dans cette solitude même, où nous ont jetés la peur et la lassitude, l’ambition revient parfois avec plus d’âpreté. C’est qu’elle n’était pas anéantie, mais fatiguée seulement, et rebutée par le mauvais succès. J’en dis autant des déréglements du luxe : on croit en être quitte; mais bientôt ils nous sollicitent au milieu de nos essais d’épargne et de frugalité, et redemandent des plaisirs qu’on avait quittés, mais non condamnés sans retour; alors leur action est d’autant plus violente, qu’elle est plus cachée. En effet, les vices à découvert sont moins dangereux : les maladies mêmes tendent à la guérison, lorsqu’elles éclatent au dehors et manifestent leur violence.
Ainsi, pénétrez-vous bien de cette vérité : l’avarice, l’ambition et les autres maladies de l’âme ne sont jamais plus dangereuses que dans le calme d’une guérison apparente. Nous croyons goûter le repos, il est bien loin.. Car, si nous sommes de bonne foi, si nous avons sonné la retraite, si nous ne nous laissons plus prendre aux apparences, comme je le disais tout à l’heure, rien ne pourra nous distraire; nulle voix humaine, nul chant des oiseaux n’interrompra nos pensées honnêtes, solides, et désormais bien arrêtées. C’est la marque d’un esprit faible et qui ne s’est point encore assez concentré en lui-même, que de se laisser troubler par un cri, ou tout autre accident extérieur. Il lui reste quelque inquiétude, quelque vieille peur qui le préoccupe. Virgile a dit à ce sujet : « Et moi que longtemps ne purent émouvoir ni les traits ni les bataillons menaçants des Grecs, maintenant le moindre souffle m’épouvante, tout bruit m’alarme et me fait trembler également ». Ici, en premier lieu, on voit un sage que n’effraient ni le sifflement des traits, ni les masses de fer du plus épais bataillon, ni le fracas d’une ville assiégée ; puis un homme sans expérience, qui craint pour sa fortune : celui-là, le moindre bruit l’alarme, toute voix lui semble menaçante et le consterne, le plus léger mouvement le glace d’effroi. Son bagage le rend poltron. Qui que vous choisissiez parmi ces gens heureux, qui traînent derrière eux et portent des richesses, vous le verrez.
« Trembler pour celui qui l’accompagne et pour son fardeau. » Alors seulement vous serez tranquille, quand vous ne serez ému par aucun cri, et qu’aucune voix ne vous ébranlera, soit qu’elle vous flatte, soit qu’elle vous menace, ou éclate en un mélange confus de vains sons. Mais quoi! me direz-vous; n’est-il donc pas plus commode de fuir le tumulte ? – Oui, sans doute, et c’est pour cela que je quitterai ce lieu, content de m’être éprouvé et exercé. A quoi bon, en effet, souffrir plus longtemps, quand, au moyen d’un remède aussi simple, Ulysse a pu garantir ses compagnons des Sirènes elles-mêmes ?

_

Publicités

A propos des polygrapheurs

"Linguisticopenseurs artisticoécrivaillons"!
Cet article, publié dans Latin SECUNDUM ANNUM, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s